Mois : septembre 2013

Katherine Heigl avec un test de grossessedans En cloque mode d'emploi

Être enceinte à 30 ans

Quand on tombe enceinte à 30 ans (ou presque), tout le monde nous parle d’une « grande aventure ». C’est le début d’une « belle histoire », d’une « nouvelle page » dans sa vie. Bref, on nous balance tout un tas d’expressions galvaudées… destinées à décrire une expérience pourtant unique et individuelle. Doit-on obligatoirement se poser la question de la maternité quand on arrive à l’âge de 30 ans (ou presque) ?  Non, pas forcément. Par contre, la plupart du temps, c’est notre entourage qui se charge de nous la poser. Avec quelle légitimité ? L’un des grands principes du féminisme est que les femmes doivent pouvoir disposer librement de leur corps. Sur ce blog, qui n’a pas spécialement vocation à défendre la cause féministe, je vais plus loin en clamant haut et fort que chacun, quel qu’il soit et quel que soit son âge, doit pouvoir faire de sa vie ce que bon lui semble. Avoir un enfant avant 30 ans n’est donc pas une obligation. D’ailleurs, avoir un enfant tout court n’est pas une obligation non plus. C’est …

Une jeune fille avec des ballons

Les nouveaux joujoux des grandes filles

On a besoin de s’amuser à tout âge. Pour autant, est-il bien raisonnable de posséder des jouets quand on a 30 ans (ou presque) ? Je me suis posée cette question après avoir passé les dernières 48h à surveiller mon iPhone du coin de l’œil, attendant avec un enthousiasme frisant l’hystérie la mise à jour vers iOS7. Lorsque j’ai réalisé l’excitation que me procurait le renouvellement d’un simple système d’exploitation sur mon téléphone (!), je me suis rendue compte d’à quel point j’étais gravement atteinte même en étant adulte on avait toujours besoin de joujoux. En effet, les jouets et les jeux sont toujours présents dans nos vies d’adultes. Certains de ces néo-jouets nous sont même indispensables, allant jusqu’à aliéner notre vie. Même s’ils ont changé de forme, les joujoux restent aussi importants pour nous aujourd’hui qu’ils l’étaient hier. Petit tour d’horizon de nos jouets préférés d’antan… et de leurs équivalents actuels !

Diane Kruger et un ours en peluche géant

Suis-je trop vieille pour avoir un doudou ?

Un doudou, qu’est-ce que c’est ? C’est un objet fétiche et souvent honteux… mais dont on ne se séparerait pour rien au monde. Quand on est petit, on a le droit de l’emmener partout, puis, en grandissant, on est amené à s’en séparer petit à petit. Dans un monde d’adultes en costard-cravate, avouer qu’on en a un est souvent mal perçu. Pourtant, il est très fréquent de garder malgré tout un ou deux vestiges de notre enfance. Ces doudous peuvent prendre des formes très diverses : une peluche usée, une vieille paire de chaussettes Mickey, un vêtement qui a du vécu… Et il ne faut pas croire qu’il s’agit là d’une manie uniquement féminine ! Au contraire, ces messieurs aussi ont besoin de s’entourer de choses douces et familières pour se sentir bien. Dès lors, doit-on prendre sur soi et se passer de force de nos doudous quand on a 30 ans (ou presque) ?

Cameron Diaz et Toni Collette dans le film In her Shoes

La différence de génération pour les nuls

Quand on souffle ses 20 bougies, on ne pense pas qu’un jour on aura 30 ans. Pourtant, après ça, la trentaine arrive vite. Passés 25 ans commence un décompte qui s’achève inexorablement lors du prochain « chiffre rond ». Pourtant, on ne se voit pas changer, on ne se sent pas vieillir. Et même quand on atteint l’âge fatidique des trente ans, on ne peut s’empêcher de se dire que finalement, la vingtaine, ce n’est encore pas si loin. On conserve ainsi une grande proximité avec les vingtenaires. Car finalement, on est comme eux. Bon, peut-être en mieux… Mais non, au fond, on est pareil. Enfin, en tous cas, c’est ce que je croyais. Jusqu’à ce qu’une jeunette me remette bien gentiment à ma place de trentenaire.