Mois : juillet 2015

Vieux swag

Comment vieillir en ayant le swag

Traditionnellement, la période estivale est propice aux lectures légères. C’est la période où nos corps comme nos cerveaux sont au repos et où parallèlement les magazines people réalisent leurs meilleures ventes. Pour ma part, je suis une bonne cliente de la presse magazine. J’amasse chaque année des kilos de revues en tous genre que je lis avec avidité tout au long de l’année. Mais ces derniers mois, une fois n’est pas coutume, j’ai essayé de prendre du recul sur ce que je lisais et de mettre de côté ce qui touchait à un sujet bien particulier en lien avec la thématique de ce blog. Je me suis ainsi intéressée au fait de vieillir.

Interview de Mean girl, blogueuse de 30 ans

Portrait de trentenaire (ou presque) : Mean girl

Mean girl est méchante. Mais au moins, elle l’annonce clairement. Moi qui me considère comme une gentille, je vous l’ai déjà dit, je n’aime pas les méchant(e)s. Pourtant, j’adore Mean girl et son blog Be mine, be mean. Il faut dire que les méchant(e)s ont souvent tendance à être plus intéressant(e)s et surtout plus drôles que les gentils. Sur son blog, Mean girl ne s’attaque pas particulièrement aux uns ou aux autres : elle fait des crasses, juge et se moque de tout le monde. Elle ne cherche pas à savoir si ses victimes l’ont mérité : elle a la méchanceté universelle. Et surtout, en bonne apôtre de la méchanceté, cette blogueuse de 30 ans tout juste fait du prosélytisme. En effet, à la lecture de son blog, on a envie de devenir méchant(e) à notre tour. Heureusement (ou pas ?) elle nous indique comment faire et nous propose même des victimes potentielles : collègue, compagnon, voire même nous-même… Bon, Mean Girl a peut-être quand même un bon fond puisqu’elle a quand même été assez …

Les mauvaises habitudes de l'été

Mes mauvaises habitudes estivales

En grandissant, on est sensé devenir raisonnable. On est sensé apprendre à reconnaître ce qui est bon pour soi et appliquer tous les bons conseils qu’on a glanés de-ci, de-là au fil des années. Pourtant, parfois, même si on sait très bien ce qu’il faut faire… on fait exactement le contraire ! Et l’été, la chaleur et la paresse aidant… c’est encore pire. Adieu bonnes résolutions…

eighties music Photo © Yulia Gorodinski

80’s music is the best

Le week-end dernier, j’ai réalisé un rêve d’ado en assistant au concert de Sting au festival de La Nuit de l’Erdre. Dans le public, beaucoup de quadras, voire de quinquas, venus retrouver l’idôle de leur jeunesse et reprendre en cœur les plus grands tubes de The Police. En scrutant la foule dense, j’ai eu la surprise de constater que le public comptait également une proportion très importante de jeunes âgés de 18, 20 ou encore 22 ans… Bref, des gens (beaucoup) plus jeunes que moi et surtout beaucoup trop jeunes pour avoir suivi la carrière de Sting. C’est normal, pensais-je, il s’agit d’un festival. Ils sont sûrement là pour voir le set électro de Madeon, programmé juste après… Mes idées préconçues ont rapidement volé en éclat quand je me suis rendue compte que ces « petits jeunes » connaissaient par cœur le répertoire de Sting et de The Police. On dit parfois que la musique rassemble. Ce soir-là, celle de Sting a eu pour effet de lisser les différences de générations. Tous âges confondus, le public a …

Avoir 30 ans en été

L’été, moi, je ne maîtrise pas

Avec l’âge on acquiert un atout de poids : l’expérience. L’expérience, c’est le lot de consolation qui récompense toutes les erreurs que l’on a faites et toutes les choses que l’on a péniblement apprises. En effet, une fois que l’on a acquis l’expérience, on ne commet plus les mêmes erreurs qu’auparavant et on maîtrise les nombreuses choses que l’on ne connaissais pas jusqu’alors. Enfin, en théorie, ça se passe comme ça. Moi, à 30 ans (ou presque), je me rends compte que je n’ai rien appris. Je ne sais encore rien faire. Enfin, disons plutôt que j’ai des lacunes : il y a un certain nombre de choses que malgré mon grand âge, je ne maîtrise pas encore.