Du mythe à la réalité
24 commentaires

Vive la… pacsée ?!

Se marier ou pacser à 30 ans

Aujourd’hui, je me suis pacsée. En réalité, ce que je voulais, moi, c’était me marier.
Mais comme on dit : « faute de grives, on se contente de merles ».

Mon mariage, je l’avais en tête depuis toute petite. Le pacs, ersatz de la fameuse « union sacrée », ne m’a jamais spécialement attirée. Et maintenant que c’est fait, je vous confirme que c’était pas vraiment ce que j’attendais…

 

Mariage versus pacs : du mythe à la réalité

La proposition

Le mythe
Il pose un genou à terre, je tends vers lui une main diaphane et parfaitement manucurée, il s’en saisit et, plongeant son regard dans le mien, pose la question qui va sceller nos destins : « veux-tu m’épouser ? »

La réalité
« Et si on se pacsait ? »
La question m’a été posée entre deux portes, sans prévenir. Sans y mettre les formes. Alors qu’après 15 ans ensemble et un enfant, j’avais fait une croix sur toute forme d’engagement de sa part (en tout cas, d’engagement nécessitant une signature).
Avant que je n’aie le temps de répondre le fameux « oui », la question s’est complétée d’un « et comme ça, on en profitera pour faire un testament ! ».
Adieu romance.

L'amour à 30 ans

La cérémonie

Le mythe
Le but de la cérémonie sera de nous unir autour de valeurs communes. Des mots tels qu’amour, respect et partage seront prononcés. Ces mots résonneront à jamais dans nos cœurs, battant à l’unisson.

La réalité
Le but de la signature du pacs et du testament est de nous protéger, pour que chacun de nos biens puissent être bien séparés de ceux de l’autre. Des mots tels qu’indivision, quote-part et usufruit ont été prononcés. Ils n’ont pas fait battre mon cœur.

 

L’officier de cérémonie

Se marrier ou pacser à 30 ans

Joey : l’officier rêvé

Le mythe
C’est l’un de nos proches qui officie. Dans l’idéal, j’aurais voulu que ce soit mon grand-père, maire d’une petite commune… mais je ne vais pas le ressusciter pour ça. Sinon, cela peut être l’un de nos amis, ordonné pour l’occasion (comme ils le font dans toutes les séries télé)… Ou alors, dans le pire des cas, j’espère au moins être mariée par Elvis Presley.

La réalité
Nous fûmes reçus par une blonde d’1m80, notaire de son état, qui commit d’entrée une faute impardonnable : celle d’être plus jeune que moi.
Aggravant son cas, elle décida en plus d’être jolie, avec sa robe orange vif, moulant son corps bombesque et soulignant son teint ambiance « j’étais aux Seychelles ce midi pour ma séance de cardio », et ses talons de 12 cm faisant passer mes ballerines que je croyais chics pour de vulgaires crocs.

Les invités

Le mythe
Une cérémonie simple et chic, avec une centaine soixantaine d’invités endimanchés.

La réalité
Un rendez-vous expéditif, avec pour seul témoin la grande blonde et son sourire panoramique d’une centaine soixantaine de dents.

La fête

Le mythe
Une fête somptueuse, à la décoration enchanteresse, à la fois élégante, sobre et romantique, à notre image, quoi. Nous y mangeons des mets fins, accompagnés du champagne le plus exquis. Le Codévi y passe, mais cela en vaut la peine.

La réalité
Ce midi, comme nous sommes descendus dans le centre de Nantes pour l’occasion, nous irons déjeuner au Paku Paku – cantine japonaise, en face de l’office notarial. Nous en aurons pour une quinzaine d’euros chacun, que nous paierons séparément. Le Codévi n’a rien à craindre.

La bagouse

Le mythe
Un bijou simple, comme la bague en platine et diamants, offerte par Brad Pitt à Jennifer Aniston lors de leur mariage. Bah quoi ?

La réalité
Une vague promesse de se pencher sur la question « un de ces quatre ».
Mais bien sûr.

La suite…

Le mythe
Le mariage, c’est un acte d’amour tourné vers l’avenir. Il symbolise des valeurs communes et concrétise une envie de passer sa vie ensemble, de bâtir un avenir commun. C’est romantique.

La réalité
L’idée derrière ce pacs et le testament qui l’accompagne est de réfléchir à la mort : la mienne, la sienne… et à ce qui se passera quand notre petit garçon se retrouvera orphelin. C’est morbide.

Verdict

Même si je suis désormais pacsée, je garde mon complexe de femme non mariée
Sur ce, je vous laisse, je pars préparer ma valise pour mon voyage de noces mes vacances en famille dans le Cantal.

24 Commentaires

  1. Félicitations !
    Je te promets que si j’avais su, je serais venue jeter des pétales de rose devant le ‘loffice notarial 🙂

  2. Ahah ! Tu m’as bien fait rire  😀
    Moi je n’ai jamais rêvé du mariage, mais il faut bien avouer que le PACS n’a rien de romantique. Nous nous l’avons fait quand je suis devenue prof, quelques jours avant la date limite, l’heureux élu sortait d’une nuit de garde de l’autre côté du département et le juriste faisait des blagues cheloues. Mais ça reste quand même un bon souvenir, car une copine dans la même situation s’est pacsée avec son copain exactement le même jour, et au même endroit. Et le soir nous sommes tous allés (plus 2 autres couples d’amies profs et leurs copains) manger dans un petit resto bougnat juste en face du tribunal (pour rester dans la thématique), et c’était très sympa !
    Et j’ai eu une jolie bague pour nos un an de pacs, qu’il insiste pour que je porte à l’annulaire gauche 😉
    Maintenant effectivement on pense au testament, je sens que ce sera moins bon enfant comme ambiance…

    • Ce que je retiens c’est ça : il reste 364 jours à mon cher pacsé pour se procurer une bagouse digne de ce nom à m’offrir pour notre anniversaire de pacs 😉

    • Non, ni romantique, ni charmant. Mais j’ai plutôt bien mangé au ptit restau japonais, donc tout n’est pas perdu.

  3. Je sais pas pourquoi le coup du testament m’a fait rire jaune. Mais c’est effectivement une bonne idée de penser au futur (même si c’est pas drôle)

    J’ai eu un mariage en 3 semaines, version expédiée parce que , même pacsée, j’avais pas mon putain de prêt, parce que je ne suis pas en cdi et considérée comme ‘petit salaire » (950€ ça paye pas assez pour rembourser un prêt, parait il) au final nous ne sommes pas très « grosses cérémonies » donc ça convient. Je caresse l’idée de faire un petit quelque chose pour nos dix ans de mariage… mais on verra qui il restera à ce moment là!

  4. Stella says

    En lisant cet article je sais pas trop si je dois te féliciter ou te souhaiter bon courage! Les 2 sûrement!

    Félicitations quand même! Et j’espère qu’il changera d’avis sur le mariage!

    • Ha ha pour les félicitations je sais pas mais en tous cas le courage, ce n’est pas nécessaire. Même pas besoin de courage pour un acte aussi insignifiant que ce PACS…

  5. Eloïse says

    Toutes mes félicitations !
    Qu’importe le pacs ou le mariage, pourvu que vous soyez heureux et que vous soyez sur la même longueur d’ondes.

  6. J’ai bien ri ! Merci pour l’article !
    J’espère que cette démarche n’est en fait qu’une introduction à votre futur mariage ! Espérons (si c’est toujours ce que tu souhaites ) !

  7. Ton billet fait exactement écho à mon propre pacs il y a 3 ans. Je me suis séparée entre-temps de mon pacsé et du coup j’ai apprécié le fait qu’un recommandé ait suffit. Mais bon…

    Je te souhaite qu’il change d’avis un de ces jours sur le mariage..

  8. Félicitations ! 😀
    J’ai bien ris…
    Moi j’y crois encore, je veux la fameuse demande en rue avec tous les gens qui dansent autour ahaha 😀 Bon ok, me faut encore le mari… Mais je trouverai ! 😀

  9. Entre le rêve de petite fille et la réalité, il y a parfois un très grand fossé. Même si cet engagement n’est pas celui que tu voulais au plus profond de toi, tu as quand même (bientôt j’espère) une bague au doigt. C’est ce qu’on voit tous les jours et ce qui reste le plus (enfin avec le mari, le pacsé, le mec quoi !) ! 🙂

    Félicitations à toi !

Laisser un commentaire