Articles comportant le mot-clef : adulte

Retourner à l'école à 30 ans

L’immense joie de ne plus aller à l’école

Il y a quelques nuits de cela, j’ai rêvé que je retournais à l’école. Pour être plus précise, je ne devrais pas parler de rêve mais plutôt de cauchemar. Il y a quelques nuits de cela, j’ai cauchemardé que je retournais à l’école. La veille, j’avais visité la nouvelle école supérieure des beaux arts de Nantes pour le travail et j’avais fantasmé sur un cursus dans cet établissement dernier cri avec tout le matériel dont j’ai toujours rêvé pour laisser libre cours à ma créativité. Mais voilà, la perspective de reprendre des études est revenue me hanter cette nuit- là.

Apprendre à être adulte à 30 ans

3 choses que j’ai apprises depuis mes 30 ans

J’ai beau dire que la trentaine n’est pas un bouleversement mais une continuité, que l’on ne change pas du jour au lendemain en soufflant ses 30 bougies… le fait est que depuis que j’ai eu 30 ans, j’ai changé. Un peu. J’ai appris de nouvelles choses, qui ont modifié mon rapport aux autres. J’ai toujours été timide et, même si je continue à l’être, j’ai aujourd’hui beaucoup plus confiance en moi. Et si la trentaine, c’était la période de l’affirmation de soi ?

Avoir une vie parfaite à 30 ans

La pression de la perfection

Je ne suis pas du genre à avoir l’obsession de la perfection. En tous cas, je ne pensais pas l’avoir. Jusqu’à ce que je commence à regarder de plus près les différents articles publiés sur ce blog depuis son commencement et que je sois frappée de voir combien l’idée de la perfection y revenait systématiquement. Je parle souvent de « pression » associée à la trentaine. Il est vrai que la société fait reposer sur les jeunes trentenaires des attentes toujours plus hautes. On s’acharne à les faire rentrer dans des cases : à 30 ans, il faut être comme si, avoir déjà accompli cela. Mais ce qu’il faut également souligner, c’est combien les trentenaires se font eux-mêmes les complices de cette pression. En visant le toujours plus, le toujours mieux, le toujours plus vite… en un mot, en se lançant dans une course effrénée à la perfection. Je vous ai ainsi parlé d’être la femme parfaite, la mère parfaite, la personne qui organisera la fête d’anniversaire parfaite, avec les cadeaux parfaits. Soit tous ces éléments qui composent …

Plaisirs régressifs d'adultes

10 choses interdites aux adultes

Avant, vous pensiez qu’être adulte signifiait que tout était permis. Détrompez-vous ! Bien au contraire, être adulte, c’est avoir des obligations, mais c’est également subir de nombreux interdits. Nous sommes bien d’accord, ce n’est pas facile tous les jours. Mais si vous avez 30 ans (ou presque), vous avez déjà dû vous en rendre compte. Dur dur d’être un adulte.

Jeunes de 30 ans (ou presque)

10 preuves que 30 ans est le plus bel âge de la vie

Avoir 30 ans, ce n’est pas quelque chose à redouter. Au contraire, c’est même une raison de se réjouir ! En effet, la trentaine est souvent considérée comme une période bénie, un âge auquel tout est possible. En tous cas, c’est ce que disent, à posteriori, tous ceux qui l’on fêtée ! Par ailleurs, en 2017, avoir 30 ans, c’est également très à la mode. On ne compte plus les articles de magazines, les livres, les films ou les spectacles qui sont consacrés à cet âge iconique. Alors, plutôt que d’angoisser bêtement, pourquoi ne pas commencer dès maintenant à embrasser cette période faste de notre existence ?

Etre adulte à 30 ans

La 1ère fois où je me suis sentie « adulte »

Je parle souvent sur ce blog de toutes ces petites choses qui font que même à 30 ans (ou presque), je n’ai pas vraiment grandi. Toutes ces habitudes, envies, caprices, qui me donnent parfois l’impression de retomber en adolescence… Pour autant, le fait de me désigner comme une adulte ne me semble pas incompatible. Le mot « adulte » n’est pas une insulte pour moi, moins que ne l’est par exemple l’appellation « madame ». Je suis une « adulte (ou presque) », une sorte de grande enfant digne de responsabilités. Je vis très bien cette contradiction.