Société
38 commentaires

Pourquoi continuer à bloguer (quand il y a Instagram ?)

Blogueuses versus instagrammeuses

Ce blog va bientôt fêter sa sixième année d’existence. L’occasion de se poser la question de son devenir.

À l’heure où les internautes ne jurent plus que par les réseaux sociaux, en particulier Instagram, faut-il continuer à bloguer ?

Instagram a-t-il tué les blogs ?

Ce débat anime la blogosphère depuis plusieurs mois. Et pourtant, c’est un débat vieux comme le monde (des médias) : à chaque fois qu’un nouveau moyen de communication est apparu, il a été accusé de supplanter ceux déjà en place.

Par exemple, la télévision a été accusée d’avoir « tué » la radio, Internet aurait « tué » la télévision, et les réseaux sociaux, notamment Instagram, seraient en passe de « tuer » les blogs. Pourquoi tant de haine ?

Nouveau média, nouvelle façon de faire

Ce qu’il faut surtout retenir de cela c’est que l’émergence de nouveaux moyens de communication entraîne une nécessaire adaptation des médias déjà existants.

Qui dit adaptation dit évolution. Le monde suit son cours, les choses changent, il n’y a pas de raison de vivre cela avec effroi.

Consommer des images plutôt que du texte

Nos modes de vie ont évolué, les outils avec lesquels nous accédons à l’information aussi. Je ne vous apprends rien si je vous dis qu’aujourd’hui les contenus en ligne sont massivement consultés depuis des smartphones. L’information est consommée de manière rapide, ce qui amène naturellement à privilégier les contenus visuels et les formats courts.

Par ailleurs, internet et les réseaux sociaux ont modifié nos rapports les uns aux autres, inventant une nouvelle manière de se communiquer, par la mise en scène de soi et de son quotidien.

Ces différents facteurs ont favorisé le développement d’Instagram qui est aujourd’hui le 3ème réseau social le plus utilisé au monde.

Dernièrement, j’ai lu le livre de Mathilde Lacombe, blogueuse et entrepreneuse (elle a co-fondé Birchbox en France), dans lequel elle écrit « il y a 10 ans, je commençais ma journée en regardant des blogs. Aujourd’hui, j’ouvre Instagram ». Cette attitude est représentative de la manière dont la consommation de ce type de contenus a évolué ces dernières années sur internet. Le lectorat des blogs féminins s’est très largement transféré vers ce réseau social dont la cible principale est la même : les jeunes femmes et les ados.

Avoir un blog ou avoir un compte Instagram : qu'est-ce que ça change ?

Une blogueuse peut-elle devenir Instagrameuse ?

De nombreuses blogueuses se sont « reconverties » en Instagrameuses. Leurs billets de blogs sont devenus plus rares, voire même ont disparu, au profit de nombreux posts Instagram.

Pour autant, cela signifie-t-il qu’il faut que tout le monde abandonne son blog pour passer à l’ennemi sur Instagram ? Je ne pense pas. Déjà, parce qu’Instagram est un média très différent, qui fonctionne avec ses propres codes. Quelqu’un qui réussit sur un blog n’a pas forcément les armes pour réussir sur Instagram. Derrière une apparente facilité (clic-clac, c’est dans la boîte ! Une simple photo suffit pour montrer ce que vous auriez mis 500 mots à décrire…), réussir à créer une identité visuelle pour son compte, à se démarquer et à fédérer une communauté est complexe. Cela fait appel à des compétences bien différentes de celles mises en oeuvre dans le blogging.

Évidemment cela dépend de la thématique sur laquelle vous bloguez. Les blogueuses beauté ou mode qui ont déjà l’habitude de produire de beaux visuels sur leurs blogs seront bien sûr avantagées.

« Les blogs ne valent plus rien, aujourd’hui les vrais influenceurs sont sur Instagram »

Cela dépend de ce que l’on cherche. Si l’on parle de partenariats avec les marques, alors oui : Instagram est devenu leur terrain de chasse. Aujourd’hui, pour décrocher des partenariats, il vaut mieux avoir un compte avec 20 000 followers plutôt qu’un blog avec autant de lecteurs, même fidèles, même assidus au point de commenter chacun de vos billets.

Pourtant, je ne suis pas sûre que ce modèle d’influence numérique soit appelé à durer. Déjà, je trouve dangereux de tout miser sur un média unique sur lequel on n’a aucun contrôle. Les influenceurs Instagram ne sont pas à l’abri des changements que ce réseau social est en droit de leur imposer du jour au lendemain. Par comparaison, un blog est un support maîtrisable de bout en bout. J’écris ce que je veux, quand je veux, comme je veux. Cette indépendance est extrêmement précieuse.

800 millions d’utilisateurs et moi et moi et moi…

J’aime Instagram autant que je le trouve toxique. Un jour, j’ai remarqué que j’étais plus déprimée après avoir regardé mon feed, ce qui était devenu un réflexe quotidien, que lorsque je ne le faisais pas. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en présentant la vie de rêve des autres, Instagram vous rappelle que votre quotidien à vous ne fait pas autant rêver. Si on y réfléchit, c’était pareil avec les actrices de cinéma, ou encore avec les top-models dans les années 90. Sauf que c’est filles-là, on avait du mal à s’identifier à elles. Instagram, c’est la glorification de Mademoiselle tout le monde. Celle que l’on aurait dû être (et que l’on n’est pas).

Aujourd’hui, j’en suis revenue. Déjà, j’ai plus de recul qu’avant. Le fait d’avoir vu l’envers du décor des influenceurs a aussi permis de « casser le mythe » en prenant de la distance. Avec l’âge, j’apprends aussi à mieux me connaître, à accepter ce que je suis et… ce que je ne suis pas. Bien sûr, moi aussi j’aimerais avoir 100 000 followers sur mon compte Instagram, mais si je suis honnête avec moi-même (et je le suis toujours) je n’ai pas ce qu’il faut pour cela. Je n’ai rien d’exceptionnel, je n’excelle dans aucun domaine, encore moins dans la mise en scène de moi, ou de ce qui m’entoure. Mais ça va, je le vis bien.

Comparatif blog versus Instagram

Ce que j’aime sur Instagram, ce sont les belles images. Une belle photo, joliment composée, cela me met en joie. Et comme j’aime pratiquer la photographie, j’ai envie de m’améliorer. Essayer de trouver la bonne mise en scène, la bonne lumière, cela m’amuse énormément. J’ai beaucoup expérimenté l’année passée, je me suis vraiment amusée. Au final je suis heureuse, car même si mon compte Instagram n’est pas suivi par des millions de personnes, il est rempli de photos qui me plaisent, dont je suis fière, qui me rappellent des moments précieux. Et surtout, mon compte me ressemble absolument, dans toutes ses imperfections (oui, je suis cette fille gourmande, qui boit du thé toute la journée, adore son chat et collectionne compulsivement les carnets, les bougies… et tout ce qui brille). Instagram est pour moi un moyen d’expression différent, qui me permet d’être créative visuellement et m’offre la possibilité d’aborder ponctuellement d’autres sujets que ceux de mes blogs.

Bloguer, écrire… pour l’amour des mots

En 2017, j’ai eu une révélation : j’aime écrire. Bon OK, vous vous en doutiez un peu, surtout si vous m’avez lue jusque-là. Et ce n’est pas complètement nouveau pour moi non plus. Mais si je parle de révélation c’est parce que j’ai compris il y a quelques mois à quel point l’écriture était essentielle à mon existence.

Un élément déterminant qui m’a permis de faire ce constat a été le fait d’entretenir une correspondance. Étonnamment, c’est dans cet échange que j’ai réussi à me trouver vraiment. Correspondre, c’est écrire à l’autre, mais c’est aussi se découvrir soi-même dans le miroir qu’il nous tend. J’ai compris pas mal de choses sur ce que je voulais et j’ai réalisé que chez moi, écrire était un besoin vital. Peut être aussi que le fait d’avoir fêté mes 35 ans a aidé à cette prise de conscience. Car même si je continue à prendre la vie avec légèreté, j’ai mûri.

Instagram n’est pas un réseau social de l’écriture. Certes on peut accompagner les visuels d’une légende, mais ça reste très limité. Pire, je constate qu’énormément d’Instagrameurs qui réussissent sont à la limite de l’illettrisme. Je trouve cela très inquiétant.

Pourquoi continuer à bloguer en 2018

A l’heure du choix

J’ai lancé mon premier blog en 2000. À une époque où le terme « blog » n’existait pas encore. 18 ans plus tard, je suis à la tête de deux blogs que j’alimente avec passion. J’exerce deux métiers en parallèle, tous deux liés à l’écriture. Le reste de mon temps libre, je le consacre à la lecture et à l’écriture. Donc non, Instagram ou pas Instagram, je ne suis pas près d’arrêter d’écrire. Sur ce blog ou sur un autre. Ou peut-être même sur d’autres supports, qui me permettront d’explorer de nouvelles formes d’écriture.

Un chapitre se refermera bientôt pour ce blog, 30 ans (ou presque). Je vous en dirai plus sur ce sujet dans les semaines à venir. Les abonnés à la newsletter seront informés en premier, alors n’hésitez pas à vous inscrire, si ce n’est déjà fait.

Si quelqu’un m’a lu jusqu’au bout, déjà, merci. N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me dire ce que vous faites encore là aimez lire sur des blogs. Ou simplement pour me faire un petit coucou, m’évitant de rester seule ici à écouter l’écho de mes propres mots.

38 Commentaires

  1. Hello! Je suis d’accord avec toi instamment rend parfois + triste (jalouse ?) que heureuse ! C’est justement ce que j’ai écrit dans un de mes articles de blog ! Et malgré la place d’instagram je ne pense que tout que les blogs vont perdre de leur importance !!!
    Par contre Facebook j’ai des doutes…

  2. Coucou,
    Il y a 6 ans, tout le monde ne jurait que par FB et maintenant la plupart des blogueuses n’alimentent même plus leurs comptes.
    IG est très à la mode mais commence à péricliter car il s’éloigne trop de son fondement et les utilisateurs s’en lassent (trop de pubs, de sponsos, de fake). Je pense qu’IG fut une bénédiction pour toutes les nanas ne sachant pas aligner 2 mots de français pour voir exploser leurs côtes de popularité sur le web et bénéficier de partenariats (le saint graal lol).
    Snapchat est en déclin depuis l’invention des instastories.
    Je fais partie des dinosaures ayant toujours un blog et consommant toujours la lecture de celui des autres. Je pense que les réseaux sociaux doivent garder leur place : aider à faire connaître un site web mais que ce dernier est primordial pour perdurer dans le temps.
    bises

    • Moi aussi j’ai l’impression d’être un dinosaure, je pense que cet article l’illustre bien !
      Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec la fin de ton commentaire. Enfin si : les réseaux sociaux à la base avaient pour fonction de ramener du trafic aux sites web, mais cela a été ensuite de moins en moins vrai. Et maintenant j’ai l’impression que la bascule est faite et que c’est le contraire : l’essentiel des contenus sont du côté des réseaux sociaux et moins sur les blogs et sites internet.

  3. (J’aime bcp ta dernière phrase) oui instagram les blogs Facebook ont des lecteurs différents qui ont des attentes différentes. Et aujourd’hui on est un peu envahi par une multitude de propositions. Je fais des contenus différents pour chaque. C’est un peu chronophage mais j’y trouve du plaisir et c’est l’essentiel.

    • Moi aussi j’ai essayé de faire des contenus différents pour chaque média. J’ai tenu 2min et après je suis devenue à moitié parano et complètement stressée. Je culpabilisais à chaque fois que j’oubliais un partage d’article (= tout le temps). Aujourd’hui je prends ça à la légère : j’ai choisi de ne plus me prendre la tête et de prendre plutôt mon pied avec les réseaux sociaux, en faisant dessus ce qui me plait plutôt que ce qui m’amènera du trafic.

  4. Je pense qu’il y a de la place pour les deux, tellement ils sont differents. Moi aussi j’aime les mots. J’aime les images aussi, mais les mots sont tellement importants pour moi que je ne me vois pas arreter mon blog au profit d’instagram 🙂

    • Il y a bien sûr de la place pour les deux. Mais le déplacement de l’audience de l’un vers l’autre se fait clairement dans un seul sens.

  5. Sofia says

    Je suis arrivée ici il y a un peu plus d’un an et j’ai été séduite par les mots, l’humour et la générosité que j’y ai trouvé. Je me retrouve aussi dans mon ressenti sur Instagram, tantôt inspirant, tantôt déprimant… ce deuxième aspect n’était pas du tout aussi présent à « la grande époque » des blogs, ou alors j’ai oublié. Du coup, autant je lisais avec plaisir mes blogs favoris il y a dix ans, autant je vais sur Instagram avec souvent moins d’entrain, même si j’aime bien ce réseau pour suivre des amis ou connaissances ou encore découvrir des gens que je n’aurais pas probablement jamais rencontrés par ailleurs. Je ne suis pas les blogs d’influenceurs, j’ai du mal avec le côté sponsorisé qui me laisse l’arrière-goût de me faire avoir, de manque de sincérité.
    Bref, tout ça pour partager pour expérience de ce réseau et surtout te dire que je continue à te lire régulièrement avec beaucoup de plaisir, même si mes 30 ans sont bientôt terminés 😉

    • Merci pour ce joli commentaire qui est super encourageant !
      Tu soulèves un point auquel je n’avais pas pensé : c’est vrai que je n’ai jamais ressenti le même côté « déprimant » en allant sur des gros blogs comme je peux le ressentir sur Instagram. Après, évidemment quand je parle de ce côté déprimant, ça dépend aussi des comptes qu’on suit.

  6. Ton analyse est intéressante, je crois pour ma part qu’on va petit à petit avoir 2 directions qui vont émerger – l’une, clairement, instagram, pinterest et aussi youtube, pour l’aspect visuel, vite fait et sans forcément trop d’échange ou d’approfondissement (même si évidemment tout dépend des comptes). Et de l’autre, le blogging va évoluer pour un blogging plus qualitatif, c’est à dire que je pense que le nombre de blogs un peu creux va diminuer, se reportant sur les outils ci dessus, alors que les blogs plus qualitatifs, vraiment approfondis, basés sur l’amour de l’écriture, sur une envie de partage et de profondeur, resteront. Une branche qualitative, sur les blogs, continuera d’exister pour ceux qui recherchent un peu de profondeur, avec des audiences plus basses, mais plus engagées ; et une branche « réseaux sociaux » de divertissement plus « fast-food », vite vu, vite lu, vite apprécié…vite oublié. Rien n’empêche d’aimer les 2, je crois qu’il y a de la place pour tout le monde!

    • Tu parles au futur mais je pense que ce changement est en train de s’opérer depuis un moment déjà… Mais je me demande jusqu’où cette évolution va aller. J’aimerais croire effectivement à un recentrage de la blogosphère autour de contenus qualitatifs, mais je me dis aussi que dans 5 ans on sera peut-être tellement recentrés qu’on ne sera plus qu’une poignée de dinosaures, résistants de la dernière heure (un peu comme ceux qui alimentent encore leur compte Myspace ou Google+). Qui sait de quoi demain sera fait ?

  7. J’aime les jolies photos mais je préfère largement lire et écrire. Je me rends compte que petit à petit je commence à délaisser instagram car ses codes ne me correspondent plus. L’envie de partager des photos est moins fortes comme celle de regarder celles des autres.
    La génération de mes ados est beaucoup plus tournée vers les vidéos (auxquelles je n’adhère pas) et les photos

    • Ah oui alors les vidéos j’en parle même pas car c’est pas du tout mon truc 😉 Mais je pense que côté vidéo il y a 2 écoles qui s’opposent : contenus éditoriaux versus contenus légers (blabla). Et pour moi c’est un peu la même opposition que celle dont je parle ici entre blog de contenus et Instagram.

  8. Bonjour Claire, et bravo pour cet article très bien écrit et structuré (c’est tellement rare sur la blogosphère que je le souligne! Certains webzines ne font pas mieux).
    Je me reconnais totalement dans ton ras-le-bol d’Instagram, pour ma part.

    • Merci pour ce joli compliment !
      Sinon ce n’est pas vraiment un ras-le-bol… J’ai une attitude assez ambivalente envers Instagram. J’aime, mais…

  9. Bonjour,
    Si j étais méchante, je dirais qu il n y a que les blogueuses lifestyle pour poser ce genre de question 🙂 . C est une petite boutade.
    Non, Instagram n a pas tué les blogs parce que 1) selon la cible du blog elle peut ne pas être sur Instagram 2) Instagram, c est tout au mieux du micro-blogging à utiliser pour des contenus très courts , or , tous les sujets ne peuvent pas fonctionner avec du contenu très court. 3) Les blogs souffrent moins des changements d algorithme qui affectent la visibilité que les comptes situés sur les réseaux : à ce titre le blogging s inscrit vraiment dans une démarche plus pérenne, je pense.
    Il y a tellement d autres choses qui tuent les blogs : les articles plats, sans plus value, ou les blogueuses toutes clones, avec des thèmes clonés, et des propos lisses… , Google snippets , les sites de curation de contenu… il y a beaucoup de meurtriers de blogs avant Instagram et le plus grand danger qui guette un blog, baaaahhh c est l’auteur du blog.
    Moi je ne blogue que depuis 2010, et entre temps, tout comme toi, je suis passé au travers de tous les nouveaux médias. C est de l adaptation.

    • Le sujet de fond de mon article est la nécessaire adaptation des médias lors de l’émergence d’autres médias basés sur d’autres formes de contenus, donc je pense que c’est une question très large qui touche bien au-delà des blogueuses lifestyle !
      Après pour le reste nous sommes d’accord sur l’essentiel (= qu’Instagram et les blogs sont deux choses différentes, les opposer directement serait donc réducteur). Et j’aime beaucoup ta conclusion « le plus grand danger qui guette un blog, baaaahhh c est l’auteur du blog » 🙂

  10. Je suis exactement comme toi.
    Je blogue par amour des mots. Et je vais sur Instagram par amour des belles photos.
    Mais Insta, j’en suis revenue. Je m’amuse à composer mon feed et poser des photos qui me plaisent de temps à autre mais clairement je me lasse déjà.

  11. Ton article est intéressant, je blogue car j’aime écrire et raconter de tout et en détails, chose que je ne pourrais pas faire sur Instagram. Mais je passe aussi énormément de temps dessus, j’adore voir les photos que les autres post, partager avec eux, m’amuser a créer mon feed sur Insta, je ne pourrais pas faire l’un sans l’autre. Par contre je pourrais me passer de fb, en ayant un blog ou non 🙂

    • Moi j’aime bien la page Facebook de mon blog. Parfois je pense à des trucs drôles et les partager dessus en sachant que ça va faire rire plein de gens, c’est plutôt chouette. Par contre dès qu’on sort des choses drôles, il n’y a plus personne (et ça, c’est carrément décevant)

  12. On sent, effectivement, énormément de maturité dans ton article.
    Je ne pense pas que les réseaux sociaux réussiront à détrôner les blogs. Comme tu le dis si bien, tout est une question de volonté de la part des blogueurs et de cible.
    Je n’ai pas connu l’époque glorieuse des blogs ayant overt mon blog y’a quelques mois seulement; et je dois dire que je me sens bien seule parfois. Mais comme toi, écrire est vital pour moi; et les blogs sont un excellent terrain de jeu pour les mordus d’écriture.
    J’espère pouvoir rester motiver encore longtemps pour continuer à l’alimenter et concernant Instagram je fais comme je peux.

    • « L’époque glorieuse des blogs » est en train de se terminer. Va savoir pourquoi, ça me fait un pincement au coeur de lire ça (alors que c’est bien le sens de mon article).

  13. Instagram est un peu une régression infantile. Comme tu le dis, pas besoin de savoir écrire, de développer une idée, de construire un texte, de le relire, de le corriger… C’est comme quand on est enfant : regarder un bel imagier, c’est agréable, mais cela manque de substance et au bout d’un moment, il faut lire des histoires. Mis à part dans certains domaines (mode, beauté, voyage) où la part de l’image est primordiale, Instagram ne remplacera pas les blogs.

  14. linemourey says

    Ah, pour ma part, je ne pourrai pas devenir une blogueuse instagrammeuse, le thème de mon blog ne me le permet pas !! Mais c’est vrai que les moyens de communications évoluent à une vitesse folle !

  15. Pour moi c’est vraiment deux médias différents !
    L’avantage d’Instagram, c’est que quand on a pas le temps, ça va plus vite et ça peut atteindre un autre public ! Moi je me dis que l’un ne va pas sans l’autre.
    Je passe régulièrement sur des blogs sans laisser de message, et c’est une erreur, c’est ce qui peut aussi accentuer la perte d’engagement…

    • Je ne suis pas tout à fait d’accord quand tu dis qu’Instagram c’est bien « quand on n’a pas le temps ». Les personnes qui réussissent dessus y consacrent généralement beaucoup de temps et d’énergie !

  16. Hello ! Trentenaire depuis quelques mois et nantaise d’adoption, je ne pouvais que te lire. Je t’ai découvert il y a à peu près un an ; grâce à tes articles décalés, tu m’as accompagnée dans mon mon changement de dizaine finalement. Et voici l’heure de mon premier commentaire sur ton blog, ça se fête ! 🙂
    J’aime beaucoup instagram car comme tu l’expliques si bien aujourd’hui tout va vite, il est donc inévitablement plus rapide de regarder une photo et lire quelques mots de légende. Toutefois, j’apprécie de prendre le temps de lire les blogs, les sujets sont traités avec plus de profondeur et c’est ce qui me plaît.
    Merci pour ce nouvel article, bonne journée !

    • Bonjour Solène et merci pour ce 1er commentaire (qui ne sera pas le dernier, j’espère !)
      C’est idiot mais ça me fait toujours un plaisir fou quand on me dit qu’on me lit régulièrement (ou même qu’on me lit tout court) 🙂 D’un seul coup, tu n’es plus un chiffre, une statistique de fréquentation sur mon blog, tu deviens réelle, vivante. Une vraie lectrice à qui je sais désormais que je m’adresse ! 🙂

Laisser un commentaire