Du mythe à la réalité
12 commentaires

Les 10 métiers que j’aurais voulu exercer

Les métiers que l'on rêve d'exercer

« Qu’est-ce que tu voudrais faire plus tard ? »
Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai toujours eu du mal à répondre à cette question, pourtant très courante. Il faut dire qu’en grandissant, j’ai souvent changé d’avis.

Une vocation est rarement innée : elle se construit avec le temps, au fil des carrières envisagées, considérées, puis souvent abandonnées.

Comme tout un chacun, j’ai donc eu au cours de ma vie de multiples vocations. Voici, de manière chronologique, les plus marquantes… avec pour chacune les traits qu’elles révèlent de ma personnalité de l’époque !

Les 10 idées de carrière que j’ai abandonnées

Cat’s eye

Probablement ma première vocation, et celle pour laquelle je me suis le plus entraînée avec mes copines, dans la cour de récré de la maternelle !
Ce que cela dit de moi : petite, je regardais trop de dessins animés 😉

Pompier

Vers l’âge de 7 ans, je répondais à qui voulait l’entendre que je voulais être pompier plus tard (ou tout autre métier dangereux). J’adorais voir leurs airs effarés et surtout, c’était la meilleure façon de m’assurer qu’ils arrêtent de me demander ce que je voulais faire plus tard #LeaveMeAlone
Ce que cela dit de moi : j’aime provoquer gentiment

Vétérinaire

Je crois que tous les enfants passent un jour par cette phase… Non ?
Ce que cela dit de moi : à défaut d’être vétérinaire, je suis un mouton

Députée

Une vocation fugace, qui est née (et a pris fin) en classe de 5ème, le jour où, en cours d’éducation civique, le professeur nous a révélé le salaire moyen d’un député et a demandé à la cantonade : « qui aurait envie de faire ça plus tard ? »
J’ai levé la main. Pas folle, la gamine.
Ce que cela dit de moi : j’ai besoin d’un certain confort matériel

Artiste

Adolescente, mon plus grand plaisir était de passer des heures sur mon bureau à dessiner. Des visages, des corps, des animaux, des fleurs… J’aurais tellement aimé en faire mon métier… Encore aujourd’hui, il m’arrive souvent de griffonner. C’est un plaisir incomparable.
Ce que cela dit de moi : je suis créative

Professeur de latin

Au collège, je vouais une admiration profonde à ma prof de latin, à tel point que je décidai d’exercer un jour « le plus beau métier du monde ». Et puis qu’y a-t-il de plus admirable que de s’intéresser au langage… en étudiant une langue morte ?
Ce que cela dit de moi : j’ai l’âme romantique

Testeuse de jeux vidéo

Le jour où j’ai découvert que ce métier existait, c’est devenu mon Graal, et aussi ma meilleure excuse pour m’entraîner soirs et week-ends sur ma Master system II !
Ce que cela dit de moi : je suis une vraie geek

Photographe

Au lycée, en cours d’arts plastiques, on a fait le truc le plus cool du monde : on a appris à développer des photos. Naissance d’une nouvelle vocation… de photographe ! Et puis, le numérique est arrivé. Et puis… Instagram.
Ce que cela dit de moi : j’ai une capacité d’émerveillement illimitée envers ce qui m’entoure

Journaliste

Dilemne de la lycéenne confrontée à la pression de la conseillère d’orientation… Quel métier exercer quand on aime écrire, mais pas lire ? Et que l’on n’a pas la patience ou le talent pour être romancière ? Facile : journaliste.
Ce que cela dit de moi : je suis paresseuse

Chroniqueuse pour le magazine 20 ans

La Bible de ma jeunesse ! Une vocation qui a duré… jusqu’à ce que le magazine disparaisse. #RIP. Heureusement qu’il reste Cosmo, ça me donne une autre ambition dans la vie…
Ce que cela dit de moi : je suis une rêveuse…

Et le plus fort, c’est que j’exerce au final un des métiers de cette liste ! Comme quoi, je n’ai jamais vraiment grandi…

Et vous, qu’est-ce que votre métier dit de vous ?

12 Commentaires

  1. Moi je voulais faire un métier social, sauf qu’il y en as des plâtrées!!! J’ai un diplomes de puéricultrices et j’ai trois ans pour devenir instati maternelle mais je me suis rendue compte que c’était pas ma came et j’ai réalisé des études d’aide soignante. Bingo! J’adore ce job que j’excerce depuis 7 ans avec passion.

    Par contre je veux bien tester des jeux vidéos, vu le joli #gameuse que je me trimballe!

    Tu ne serai pas journaliste par hasard? 😉

    Gros bisous!

  2. Très chouette article !

    Moi j’ai commencé par vouloir être vétérinaire pour chats. Ce à quoi mon père m’a répondu « tu vas faire quoi quand il faudra en piquer un ? » – Ben, l’adopter.
    Puis je suis passée par l’envie d’être coiffeuse. « C’est pas bien comme métier en plus c’est super cher les produits et avoir son salon et tout » (Etant adulte je me rends compte de la bêtise de ma maman… elle aurait trouvé n’importe quoi comme excuse)
    Puis esthéticienne mais les études étaient trop cher.
    Puis Assistante sociale mais « tu ne vas pas porter le malheur de tout le monde sur tes épaules »
    Après ça j’ai voulu être photographe, gérante d’un salon de thé girly et puis directrice de crèche.

    Finalement j’ai fait secrétariat et je détestait ça. J’ai même arrêté l’école !

    Aujourd’hui je bosse dans la com ! 😀 ahahaha
    Enfin je suis « assistante de direction dans une agence de com » hum hum 😀

    • Moi aussi certaines de mes vocations ont été « sapées » par mes proches qui m’ont « ramenée à la réalité ». Ton histoire me fait penser que j’avais envisagé un moment des études de cinéma mais que mon père s’était bien moqué de moi jusqu’à ce que j’abandonne l’idée…

  3. C’est trop marrant, parce qu’avec ton article on se rends compte qu’on a tous eu ces phases ou on savait pas trop quoi faire ou alors qu’on était convaincue de notre choix, pour finalement changer d’avis l’année d’après !

    • Si toi aussi t’es partante pour être Cat’s Eyes, alors il ne nous reste plus qu’à lancer un casting pour trouver la 3ème (je pense que nous aurons beaucoup de candidates ! 😉 )

Laisser un commentaire