Articles classés dans : Les 100 trucs à faire avant d’avoir 30 ans

Mes origines de blogueuse auvergnate

Embrasser ses origines

Aujourd’hui, j’ai une révélation importante à vous faire. Vous qui me lisez ici depuis un moment, depuis quelques jours, quelques mois ou bien quelques années… vous n’allez plus jamais m’imaginer de la même manière. Attention, ce que je vais vous dire aujourd’hui casse le mythe de la blogueuse telle qu’on peut l’imaginer… Voilà, je suis auvergnate. Je sais, personne n’est parfait. Mais si je vous en parle aujourd’hui c’est parce que je pense qu’il est important d’accepter ses origines, et même au-delà, de les embrasser. En grandissant, je n’ai pas été toujours fière de ma région natale. Peut-être manque-t-elle trop de glamour, peut-être est-elle trop synonyme de ruralité, peut-être a-t-elle une image trop vieillotte. Et puis, au fil du temps, j’ai appris à l’aimer, mon Auvergne natale. Mieux que cela, j’en suis devenue fière, à tel point qu’aujourd’hui on peut me considérer comme chauvine. J’ai quitté la région il y a de nombreuses années et si, à bien des égards, je me considère comme nantaise, je n’en reste pas moins auvergnate, cœur et âme.

Vivre seul(e) à 30 ans

Apprendre à vivre seul(e)

Récemment, une de mes amies a rompu avec son compagnon. A la douleur de la séparation s’est ajoutée pour elle l’angoisse de se retrouver à vivre seule pour la première fois de sa vie. …Pour la 1ère fois de sa vie ? Cet élément m’a troublée. Jusque là, je pensais que vivre seul(e) était un passage obligé dans la vie de tout jeune adulte. Aussi croyais-je qu’à 30 ans (ou presque), tout un chacun avait déjà eu l’occasion d’en faire l’expérience. En quoi la vie en solo est-elle une étape-clé ? Elle nous apprend à être indépendant, tout simplement. Dans la plupart des cas, ce moment intervient entre le départ de la cellule familiale et le début de la vie à deux. Si vous l’avez vécu, alors la liste suivante devrait vous rappeler des souvenirs !

10 raisons de donner son sang

Défi : donner son sang

J’ai toujours eu la phobie des aiguilles. Le fait que je sois « difficile à piquer », avec mes petites veines qui roulent, n’arrange rien à la chose. C’est pendant ma grossesse, il y a 3 ans, que j’ai pourtant pris la décision de donner mon sang, une fois que j’aurais accouché.  En effet, c’est dans cette période de fragilité que j’ai pris conscience de la chance que j’avais d’être en bonne santé. Lors d’une des prises de sang mensuelles, j’ai réalisé que, faite avec application, la petite piqûre de l’aiguille n’était pas insurmontable. C’est donc devenu un véritable objectif pour moi, à tel point que je l’ai inclus dans ma bucket list et que je vous conseille aujourd’hui de l’ajouter à votre liste des choses à faire avant d’avoir 30 ans, si vous en avez une. Et parce que donner son sang comporte des avantages méconnus, j’ai décidé de vous dresser la liste des (plus ou moins bonnes) raisons de passer à l’acte !

pardonner à sa maman à 30 ans

Pardonner à sa mère

Plutôt que de lui acheter un bouquet de fleurs ou des bijoux, j’ai décidé cette année d’offrir le plus des cadeaux à ma maman pour la Fête des mères. J’ai décidé… de lui pardonner. Nous avons tous une histoire avec notre maman qui nous est propre. En effet, il n’y a rien de plus personnel, de plus individuel que le rapport à la mère. Il se construit dès la plus tendre enfance et, en grandissant, il évolue. Ce changement est nécessaire et je dirais même que quelque part, il est sain, car il reflète notre propre évolution, celle qui fait que nous devenons des adultes à notre tour. Pardonner à sa mère, ou au-delà, à ses parents, les accepter tels qu’ils sont, dans leurs défauts comme dans leurs qualités, c’est un signe de maturité. C’est une étape par laquelle je pense qu’il faut passer dans la vie. C’est pourquoi je rajouterais cet objectif à la liste des choses à faire avant d’avoir 30 ans ou bien à la bucket list…

Le fun de la colocation

La colocation : entre mythe et réalité

La colocation, c’est dans l’air du temps. Crise du logement, développement de l’économie collaborative, tendance grégaire des jeunes citadins… tout concorde pour nous pousser à vivre en groupe, que ce soit pendant nos études ou après. La colocation serait-elle devenue en quelques années un passage obligé pour les jeunes adultes ?

Passer le permis à 30 ans

Objectif : passer le permis

L’autre jour j’ai discuté avec une copine qui, à 30 ans (ou presque), envisageait de passer le permis dans un avenir proche. Moi, le permis, je l’ai obtenu quand j’avais 19 ans. Autant dire il y a très très très longtemps de cela. Au siècle dernier, même. Et j’en suis bien contente. À l’époque, mes parents m’avaient poussée à le passer, alors que je n’en voyais pas vraiment l’utilité. J’en avais vraiment bavé, révisant sur un vieux bouquin qui sentait la naphtaline, passant les cours de code… mais j’avais fini par l’avoir. Aujourd’hui, on n’a plus d’excuses pour ne pas passer le code, puis le permis. Je ne dis pas que c’est plus facile de les avoir, mais en tous cas, c’est sûrement plus fun de réviser. En effet, on peut désormais tout trouver sur internet et s’entrainer au code sans aller à l’auto école ! En plus, les sites consacrés à ça sont souvent couplés de leur appli Iphone.  Ça veut dire que vous pouvez même réviser en étant en déplacement, par exemple quand vous …