Du mythe à la réalité
10 commentaires

Était-ce vraiment mieux avant ?

La mode du vintage dans Mad men

« C’était mieux avant »… Qui n’a jamais entendu cette expression ? En général, elle est prononcée dans un soupir, accompagnée d’un regard emprunt de nostalgie… Cette expression, qui témoigne du regret de choses passées, est exaspérante à entendre.

Et pourtant, je pense que nous l’avons tous prononcée au moins une fois dans nos vies.

Le goût de la nostalgie

La nostalgie est une maladie sournoise. Les enfants présentent à son encontre une immunité naturelle qui diminue à mesure qu’ils grandissent. Les premiers symptômes apparaissent généralement à l’adolescence, souvent au moment où l’on se sépare de ses jeux d’enfant. Ensuite, plus les années passent et plus le phénomène s’amplifie. La nostalgie s’installe chez l’individu à partir du moment où il commence à avoir assez d’expérience pour avoir connu un « avant » qu’il se prend dès lors à regretter. Le résultat est là : à 30 ans (ou presque), près de 100% de la population est atteinte de nostalgie, de manière épisodique ou, dans les cas les plus graves, permanente.

Il faut dire que notre société nous encourage beaucoup à être nostalgique. J’en veux pour preuve la mode du vintage et de tout ce qui est rétro, aussi bien en décoration, en mode ou dans tout autre domaine. On en vient à intégrer ce principe, pourtant incongru : »si c’est ancien, c’est que c’est bien« . Nos souvenirs s’en trouvent embellis, d’un seul coup, tout ce qui nous paraissait naze et moche à l’époque devient « culte » ou « délicieusement rétro ». Le formica (pourtant moche et cheap), les vinyles (fragiles et pas pratiques), les épaulettes (impossibles à porter à moins de s’appeler Grace Jones), les K7 (seriously ?) et les imprimés psychédéliques à vous faire tourner de l’œil : toutes ces choses ne sont que quelques uns des milliers d’exemples de choses revenues à la mode ces dernières années. Même les pin’s sont de retour, c’est dire ! (NB : je l’avais prévu ici).

Nous sommes à tel point embrigadés dans cette pensée imposée que nous nous retrouvons même à être nostalgiques de choses que nous n’avons pas connues. C’est un comble.

La nostalgie de ce qu'on a pas connu

Taylor Swift, née en 1989 et… nostalgique des années 50 !

Avant, c’était quand ?

Preuve de l’ineptie (et de la mauvaise foi) de l’expression « c’était mieux avant » : le mot « avant » est complètement flou. « Avant », c’était hier, c’était il y a 10 000 ans, c’était il y a 2 secondes. Ce mot peut aussi bien désigner les années 20, 30, 50, 70, 90… et toute l’histoire de l’univers entre l’instant zéro et le présent. Bref, on peut lui faire dire ce que l’on veut. C’est pratique.

La nostalgie heureuse

La nostalgie des années 20

Ah, le bon, vieux temps, où les femmes ne perdaient pas leur temps à aller voter et pouvaient se consacrer plutôt à leur mise en plis…

Heureusement, se laisser aller à la nostalgie, ce n’est pas forcément être rétrograde pour autant. Personnellement, je ne suis pas passéiste, d’ailleurs, vous ne me prendrez (presque) jamais à dire « c’était mieux avant », sauf de manière ironique. Cependant je trouve important d’entretenir ses souvenirs, pour se rappeler d’où on vient, qui l’on est. Notre passé contribue à définir ce que nous sommes aujourd’hui, alors pourquoi ne pas continuer à cultiver dans nos esprits les souvenirs des choses que nous avons aimées, s’ils nous rendent heureux ?

Il faut juste ne pas être trop naïf, ne pas généraliser : non, tout n’était pas mieux avant. Vraiment, vraiment pas. Mais certaines choses l’étaient, c’est vrai. D’autres nous manquent tout simplement parce que nous les associons à des souvenirs heureux. D’autres, enfin, ont connu une destinée qui nous amène à reconsidérer leur valeur.

C’est complètement subjectif, bien sûr, mais ce n’est pas très grave. Aussi je vous propose une liste (subjective, donc) de choses qui étaient mieux « avant », en essayant de limiter le « avant » à la période de ces 30 dernières années (ou presque) !

12 choses qui étaient mieux avant

1- On pouvait discuter du film de la veille avec ses amis
Tout simplement parce qu’on avait tous regardé le même ! Aujourd’hui, avec la profusion de l’offre (TNT, replay, chaînes de la box, Netflix, téléchargement…), il y a peu de chances que vous rencontriez quelqu’un qui ait regardé le même programme que vous la veille…

2- On était à l’heure aux RDV 
Parce qu’une fois parti de chez soi, impossible de joindre l’autre pour lui dire « Sorry, je vais avoir 2-3 minutes / quarts d’heure / heures de retard (rayez les mentions inutiles) »

3- Il y avait encore des distributeurs de bonbons et de barres chocolatées dans les écoles
Oui, je sais, manger-bouger gnagnagna

Tortues ninja

Oh la belle bête

4- Les Tortues Ninja n’avaient pas besoin de Megan Fox comme faire-valoir
Sérieux les mecs tortues, vous m’avez déçue, là…

5- Carlos était encore là pour chanter la pub Oasis
Depuis qu’il n’est plus là, Oasis Oasis c’est bon, c’est bon (mais moins, quand même)

6- Michael Jackson était encore noir en vie
Et il faisait régulièrement l’actualité avec ses procès chansons.

7- Les cowboys étaient le symbole de la virilité machiste
Aujourd’hui le cowboy Malboro est mort à cause du tabac et Stetson a arrêté de produire des chapeaux dignes des Westerns pour passer à la production… de casquettes pour djeunes. Tout se perd, j’vous dis.

david hasselhoff en 2016

Alerte à la face de pet

8- David Hasselhoff était un beau mec
A l’époque, il n’avait pas cette tête de coussin péteur…

9- Le café avait un vrai goût du café (et pas un vrai goût de capsule)
En plus quand tu demandais un café, on te servait un café, point barre. On te demandait pas si tu le voulais parfumé framboise, noix de coco ou pina colada, si tu le voulais en grandi, venti ou en toutpeti, bref, à l’époque, on avait le goût des choses simples*
*Herta.

10- On pouvait se prêter les jeux vidéo
Il suffisait de prêter la cartouche et puis c’est tout. Pas de disque dur, de stockage en ligne inviolable ou autres trucs du genre…

11- La baguette de pain coûtait 3,5 francs (source)
Et le timbre à peine 3 francs.

Franck Dubosc

Le petit Franck a besoin d’un pantalon…

12- Franck Dubosc portait encore des pantalons
Marre de le voir en slip 365 jours par an…
Je propose qu’on ouvre une cagnotte en ligne pour lui acheter un jean. Qu’en pensez-vous ?

A lire également :
Les (autres) expressions des vieux
La rubrique rétromania
Les articles ayant pour mot-clé « nostalgie »

10 Commentaires

    • Hum… j’en suis donc réduite à faire des blagues de pet pour faire rire… Preuve que le contenu de ce blog n’échappe pas à la règle : c’était mieux avant.

  1. cette expression m agace aussi
    surtout que ad tu grattes tu t aperçois que les gens idéalisent bcp
    passent sous silence les détails plus embetants
    ah le temps sans portable avec le téléphone à cadrant, d ailleurs il y en avait qu un
    on ne pouvait pas trop s’éloigner car le fil ne faisait pas des mètres

    • Justement les téléphones à cadran font partie de ces objets qui sont de nouveau super à la mode ! Sauf que j’aime pas du tout quand ce sont des « faux » (sans fil et avec des touches intégrées).

  2. Effectivement, il y avait du mieux et du moins bien avant! C’est vrai que je deviens nostalgique avec l’âge (#coupdevieux)
    Perso, j’aimais bien écrire des lettres (et en recevoir) maintenant, plus de courrier dans ma BAL sauf des factures ou de la pub 🙁

    • Oh ben ça s’est marrant : je viens seulement de voir ton commentaire, qui était passé en spam… Et ce que tu écris est justement le sujet de mon prochain article !!! A lire dès demain sur ce blog 😉

Laisser un commentaire