Du mythe à la réalité
21 commentaires

J’aurais voulu être un(e) artiste

Une jolie jeune photographe

C’est le grand jeu des adultes de demander aux enfants ce qu’ils veulent faire plus tard. C’est la question qui revient systématiquement, qui anime les réunions de famille. La question toute trouvée pour qui veut feindre un intérêt pour la progéniture d’autrui…

Pourtant, dès mon plus jeune âge, cette question m’a mise dans l’embarras. Je n’ai jamais vraiment su ce que je voulais faire « plus tard ». Face à mon manque d’ambition aussi flagrant que précoce, les adultes ont toujours semblé déçus. J’ai donc décidé très tôt de changer de stratégie et de leur en donner pour leur argent. Là où les autres fillettes répondaient qu’elles voulaient être princesses ou coiffeuse, je faisais dans la provocation en répondant que plus tard, je serais pompier. Si la réponse ne paraissait pas suffisamment décalée, j’achevais de clouer le bec de l’adulte trop curieux en concluant « …ou bien balayeur ». En général, ça ne plaisait pas.

Ainsi, j’achetai la paix en créant un malaise.

Mais au fond de moi, j’étais toujours aussi perdue. Le temps passa, la pression du futur professionnel se fit plus pressante. Car évidemment, à 9 ans, tu dois déjà savoir quelle sera ta future carrière.

une femme avec un appareil photo dans la neige

Trouver sa vocation, ce n’est pas aussi simple que d’appuyer sur un bouton

 

Quand je serai grande, je serai dessinatrice

Un jour, en CM1, la maîtresse, qui représentait alors pour moi la plus haute autorité en matière de savoirs sur le monde, a dit que je dessinais bien. Il n’en fallu pas plus pour me convaincre qu’un jour, je serais dessinatrice.

Ma voie était toute tracée.
Plus tard, je serai artiste.

Une artiste oui, mais pas n’importe quelle artiste. Je serai genre une vraie artiste, une dont les œuvres sont dans des expos, une qui passe à la télé, tu vois.

Louison, dessinatrice de presse

Je vous présente Louison, une VRAIE dessinatrice

Il faut dire que j’adorais dessiner. De l’école primaire jusqu’au lycée, j’ai passé le plus clair de mon temps sur mon bureau, un crayon à la main. J’ai dessiné des portraits, des animaux, j’ai recopié des dessins, des photos… J’ai même essayé de peindre un peu. L’option « arts plastiques » au lycée m’a permis de m’éclater… mais au final c’est là que j’ai découvert la dure réalité : ce n’est pas parce qu’on sait passablement dessiner que l’on a un avenir dans ce métier. Il me manquait ce petit truc spécial qui m’aurait permis de faire la différence et de me réaliser en tant qu’artiste.

Autre problème : le dessin, c’est fastidieux. Et il se trouve que je suis une fille très occupée, voyez-vous, j’ai peu de temps pour ces bêtises moi, voyez-vous (là je pourrais me la péter working girl super busy mais comme vous le remarquez, j’ai l’élégance de ne pas le faire) (ou je pourrais jouer la carte de la jeune maman débordée mais là ce serait limite vulgaire…). Bref : avec l’âge, je suis devenue de plus en plus paresseuse et j’ai cessé les gribouillis.

 

Quand je serai grande, je serai photographe

Cookie monster prend une photo

N’importe quel imbécile est capable de prendre une photo

Heureusement pour les paresseuses femmes d’action comme moi, il y a la photographie. La photo, c’est facile, il n’y a qu’à appuyer sur un bouton et paf, c’est fini ! Pour peu que vous ayez envie de vous la jouer artiste, il vous suffit de passer au noir et blanc et là c’est du tout cuit. Si en plus vous bidouillez 2-3 réglages et ajoutez un filtre, là c’est carrément l’extase. Et oui, depuis l’arrivée d’Instagram, n’importe quel imbécile équipé d’un smartphone est devenu photographe semi-professionnel.

Même si à 30 ans (ou presque) je n’envisage pas une carrière dans la photographie, c’est un loisir qui me plaît énormément. Avec mon appareil photo, je m’éclate. Pour pas cher en plus – vive le numérique – !

 

Artiste un jour, artiste toujours

Et pourtant, malgré tout l’aide que nous offre la technologie, être photographe, ça ne s’improvise pas. N’est pas Cartier-Bresson qui veut. La photo est un art accessible mais si l’on ne veut pas se contenter de clichés vaguement jolis, c’est comme tout, ça demande du temps et des efforts !

J’ai toujours mon « âme » d’artiste. Et même si je ne suis pas douée, j’essaie toujours de m’améliorer. Alors parfois, je bidouille. J’essaie de m’appliquer. J’ai un appareil photo hybride, un Sony Nex5n, avec un objectif classique et un macro. Et quand j’ai un petit moment pour ça, je m’amuse à prendre quelques clichés.

Mon sujet de prédilection ? C’est le plus bel être vivant au monde, j’ai nommé : mon chat.
Euh, attendez, j’étais sensée dire « mon bébé », là, c’est ça ? Oui, bien sûr, j’aime aussi le photographier (d’autant que c’est le plus beau bébé du monde). Mais je vous l’ai déjà dit, je suis une crazy cat lady : je suis dingue de mon chat. Il était mon modèle bien avant la naissance du rejeton !

 

Bon, ce n’est pas encore tout à fait ça, mais je continue mon apprentissage de la photographie avec beaucoup de plaisir. Allez, si vous insistez, un de ces quatre, je vous ferai peut-être un dessin…

Et vous, votre vocation s’est-elle concrétisée ?

21 Commentaires

Laisser un commentaire