Les signes de l'âge, Maternité, Société
59 commentaires

Le jour où le monde a décidé que j’étais enceinte

Des femmes enceintes
Des trentenaires enceintes sur l'affiche de What to expect when you're expecting

C’est pour quand ?

Quand tu franchis le cap de la vingtaine, on te fait sentir que bientôt, il va falloir penser à avoir des enfants. Quand tu dépasses les 25 ans, on te dit que ce serait bien que tu t’y mettes rapidement. Arrivée à 30 ans (ou presque), on ne te demande même plus ton avis.

La société, d’un commun accord avec tous les membres qui la composent, décide alors qui est temps pour toi de procréer, que tu le veuilles ou non, comme si d’une minute à l’autre tes fruits précieux allaient pourrir pour finir par se décrocher de l’arbre et s’écraser mollement sur le sol, faisant de toi pour toujours et à jamais une vieille fille.

A l’heure où toi tu commences tout doucement à te demander où tu en es dans ta vie et que tu ne sais pas encore si tu veux avoir des enfants un jour, c’est un peu agaçant de comprendre que cette décision a déjà été prise pour toi.

Il est grand temps d’enfanter, ma vieille

C’est alors qu’à partir de 30 ans (ou presque), tu te retrouves confrontée au quotidien à toute une galerie de personnages déplaisants qui vont sans cesse te rappeler que l’horloge tourne. Ces importuns peuvent être classés en deux catégories : tout d’abord il y a ceux qui te posent la question directement, sans te ménager, en laissant de côté toute pudeur et subtilité, car tu comprends, le temps joue contre toi, on ne va donc pas s’embarrasser de la politesse même la plus élémentaire.

Et puis il y a ceux dont les manières sont beaucoup plus pernicieuses que cela, ceux qui te scrutent et t’auscultent pour détecter le moindre signe annonciateur de grossesse. Dans une société voyeuriste où la moindre info devient scoop, ils sont en permanence aux aguets.

Voici 8 conseils pour minimiser les risques de regards inquisiteurs, questions déplacées et autres remarques malvenues :

Selma Blair enceinte

Attention, geste à proscrire (même après un bon repas)

1- Tes faiblesses tu ne montreras point
Que tu aies chaud ou froid, prends sur toi. Si tu es fatiguée, redouble d’entrain. Tu n’as plus le droit à l’erreur : le moindre signe de faiblesse et l’on te rétorquera « T’es enceinte ou quoi ? ». Ne compte plus sur la compassion de tes congénères, la curiosité est plus forte que l’empathie.

Si tu as mal au ventre, ne parle pas de « nausée » (car là ça devient carrément de la provocation !). Donc, si t’as une gastro, ferme ta gueule ! Sinon, toi d’habitude si pudique, tu seras obligée d’en étaler publiquement les détails afin de justifier ton malaise et ainsi de… préserver ta vie privée. Quelle ironie.

Enfin, même si tu es en forme et de bonne humeur, sache que si tu ne redoubles pas d’entrain et n’affiches pas constamment une mine extatique tu t’exposes à des commentaires du type « t’as une petite mine aujourd’hui…… » prononcés d’une voix lancinante lourde de sous-entendus, invitant sans subtilité à la confidence.

Bon, attention à pas être trop enjouée non plus, sinon on risque de t’accuser d’avoir le teint radieux d’une femme enceinte.

Lady Gaga a grossi

La dernière provoc’ de Lady Gaga : arrêter d’être filiforme et afficher ses rondeurs.
Non mais quel cul(ot).

2- Tes formes tu cacheras
Tu n’aimes pas trop te faire remarquer, peut-être es-tu un peu trop timide, ou bien peut-être penses-tu simplement que les regards indiscrets ne sont pas toujours appropriés. Sache que désormais, ton corps ne t’appartient plus. Tu as été désignée comme « mère potentielle » dans une course au scoop dont ton corps est le terrain de jeu. Dès lors, il sera scruté, étudié, comme si le fait d’avoir l’âge d’enfanter le faisait tomber d’un coup dans le domaine public.

Le summum de la délicatesse sera atteint lorsque ton vicelard de collègue de travail se collera à toi, te regardera droit à travers le pull-over et prononcera ces mots infiniment poétiques : « j’vais te traire. ».

3- Des rondeurs tu ne prendras pas
En plus d’avoir naturellement une silhouette plantureuse, cette année, tu as eu la bonne idée de prendre malgré toi quelques kilos. Alors maintenant, non seulement tu es triste de ne plus pouvoir rentrer dans tes fringues, mais en plus tu alimentes les cancans avec tes formes tout à coup plus généreuses. #fail

Beyoncé enceinte en robe rouge

Bonne vivante, Beyoncé a été considérée enceinte pendant plus de 5 ans avant d’accoucher.
Soit un temps de gestation 3 fois supérieur à celui d’une éléphante.

4- Du dessert tu ne reprendras pas
Tu as un bon coup de fourchette… et pourtant, ne compte plus te resservir ! Dans l’imaginaire collectif, quand tu as passé 30 ans, si tu as de l’appétit, ce n’est pas parce que tu es bonne vivante ou gourmande, non, cela signifie simplement que tu manges pour deux. Allez hop, à la diète !

La bonne nouvelle c’est que cette résolution t’aidera à le pas prendre de rondeurs (cf ci-dessus). C’est déjà ça.

5- De l’alcool tu boiras
A partir d’un certain âge, avoir une attitude raisonnable envers sa consommation d’alcool est considéré comme une conduite suspicieuse. Tu qui ne buvais de l’alcool qu’avec modération, tu es désormais obligée de descendre ton verre sans broncher pour donner le change. Et surtout, ne t’avise pas d’aller te coucher tôt, cela serait mal perçu. Au contraire, tu as intérêt à en rajouter dans le genre ambianceur de soirée.

Bonjour la gueule de bois. Mais c’est pour la bonne cause, hein.

6- Ta famille tu éviteras
Tu as grandi dans une famille où l’expression des sentiments n’est pas aisée, où les discussions intimes se limitent à « ça va ? » « oui et toi ? » et où les non-dits sont rois. Tu pensais donc être à l’abri des discussions potentiellement gênantes. Et bien non, détrompe-toi, fillette ! Même si tu as réussi à passer au travers des mailles du filet quand tu avais la vingtaine, désormais, tu ne vas plus y couper.

Le pire, ce sont les repas de famille, qui sont des occasions propices au bilan d’étape. Avant, la question récurrente c’était « le boulot, ça va ? », mais aujourd’hui, on ne s’embarrasse plus de considérations sur ta carrière professionnelle.

Désormais, brûlant les étapes et faisant fi de toute retenue, on se jette sur toi les yeux humides d’espoir pour te demander plaintivement en guise de bienvenue « alors, quand est-ce que tu nous fait un ptit ? ».

Cameron Diaz enceinte fait sa gym

Quand est-ce que je me mets à faire quoi ? De la gym ?

7- Tes amies avec enfants tu ne fréquenteras plus
Avant, elle était comme toi. Elle doutait, elle craignait la pression de son entourage sur la question de la maternité. Et puis un jour elle a eu un enfant, ce petit être bruyant charmant que tu aimes malgré le fait qu’il t’ait piqué ta copine (preuve de ta grande ouverture d’esprit !).

Le problème c’est que désormais, ton amie ne te voit plus comme une personne mais comme une potentielle maman. La maternité l’a tellement révélée à elle-même qu’elle ne peut pas envisager que tu ne sois pas plus pressée que ça de la rejoindre dans cette aventure for-mi-dable.

Du coup, à chaque fois que tu la vois, elle te demande « quand est-ce que tu t’y mets, toi ? ». Comme la réponse n’est pas assez claire pour elle (à vrai dire c’est déjà pas très clair pour toi) elle ne l’entend pas ou l’ignore simplement. Donc elle remet le sujet sur le tapis à chaque fois que tu la vois, même si elle te l’a déjà demandé 3 jours plus tôt, elle te re-soumet à la question, chaque fois de manière plus précise, on ne sait jamais, des fois que la réponse aurait changé et conviendrait plus à ses attentes.

A force, tu appréhendes vos rencontres, tu te demandes quelles questions elle va finir par te poser, si cela va concerner la fréquence de tes rapports sexuels ou bien la date et la consistance de tes dernières règles ; tu redoutes, tu stresses, tu commences à avoir des tics nerveux, à te toucher le nez quand tu lui parles, à plisser les yeux de manière incontrôlée, à avoir un sourire crispé, si bien que maintenant, quand tu discutes avec elle, tu as l’impression de clignoter comme un sapin de Noël.

NB : Évidemment, je ne parle pas ici de tes vraies amies, celles avec qui tu as déjà évoqué naturellement le sujet, qui t’ont posé la question avec pudeur et délicatesse, pas pour avoir une info exclusive à partager mais parce que tu comptes pour elles et qu’elles s’intéressent réellement à toi. Oui oui, heureusement, tu en as ! (et en plus certaines lisent ton blog et tu les en remercie) 🙂

Jennifer Anniston enceinte... ou pas

Parfois, je me sens comme Jennifer Aniston.
Le teint carotte en moins.

8- Les regards inquisiteurs tu supporteras
Pour résumer, en passant le cap des 30 ans, tu as renoncé à toutes tes libertés individuelles. En même temps, c’est de ta faute, donc faut pas te plaindre, t’avais qu’à avoir un bébé quand t’étais encore jeune, comme tout le monde. Tu t’es rangée toute seule dans la catégorie des anormaux, abandonnant à cette occasion ton droit au plus basique des respects.

Si ton entourage est autorisé à te harceler, il est tout aussi normal que des gens que tu ne connais même pas se permettent de poser la question de ton éventuel désir de maternité, par exemple lors d’un entretien d’embauche. Et quand un journaliste discute avec une collègue en ta présence, il est donc lui aussi parfaitement autorisé à reluquer longuement ton abdomen quand le sujet de la grossesse d’une personne que tu ne connais même pas est abordé.

Alors oui, peut-être te sentiras-tu violée à ce moment-là. Mais tu ne broncheras pas.

PS : Non, je ne suis pas enceinte.

Et vous, avez-vous déjà ressenti cette pression latente ?

59 Commentaires

  1. Tous les jours (ou presque) ! Je me suis particulièrement reconnue au 7, une amie, enceinte me demande à chaque fois quand est-ce que je m’y mets … Je n’ai que 25 ans, je n’imagine même pas à 30 ans (ou presque).

    Super article !

  2. oui régulièrement! l’autre fois ma grand-mère m’a dit qu’elle aimerait bien avoir des arrière petits enfants avant de partir… glauquissime!

    • C’est affreux d’être culpabilisé comme ça par sa famille ! Moi mes grands-parents ne me mettent pas la pression par rapport à leur âge, heureusement. C’est carrément du chantage affectif !

  3. Je me retrouve totalement dans cette description, à force d’avoir systématiquement cette question, j’en suis rendu à dire à certains que je ne peux pas en avoir, le jour ou sa arrivera je leur dirai: miracle! C’est épuisant à la fin de devoir tjr s’expliquer…

    • C’est triste d’avoir à s’inventer des excuses pour avoir la paix… J’approuve totalement ta technique qui permet de retourner la situation et de mettre ton interlocuteur mal à l’aise à ta place : c’est bien joué, ça me donne envie d’essayer ! ^^

  4. La première chose qu’une copine enceinte m’a dit après l’avoir annoncé à tout le monde c’est : « ça te donne envie ? » (avec des étoiles dans les yeux et tout et tout). Euh… non, pas vraiment… Pas tout de suite en tout cas.
    Et là, j’ai dit à ma mère que je voulais faire enlever mon implant contraceptif car je ne le supporte pas très bien… et ma soeur a tout de suite dit : »oh je vais être tatie « . (Non, je change juste de contraception).
    Bref, la trentaine, c’est dangereux.
    Si seulement je pouvais retrouver mes 20 ans… et avoir la paix !!!

    • Non mais là c’est sûr tu cherches les ennuis à parler contraception avec ton entourage… il y a certains sujets qui sont tabous à partir d’un certain âge et la contraception fait partie de la tête de liste ! Et évidemment il faut éviter le sujet des bébés ou même plus largement de tous les êtres qui marchent à quatre pattes (quand j’ai eu un chat plusieurs personnes m’ont dit « c’est pour t’entraîner pour quand t’auras un bébé !? ». Oui bien sûr. Parce qu’un bébé et un chaton c’est la même chose. C’est sûr…)

  5. Ah j’ai bien rigolé en lisant cet article! C’est vrai qu’on a la pression de la socité pour avoir un enfant à partir d’un certain âge! C’est fou, on ne peut plus faire ce qu’on veut 🙂

  6. Tu oublies la période où tu approches la quarantaine et où on commence à arrêter de te poser la question parce qu’ils ont peur que ce soit trop douloureux…parce que comme tu dis, on part du principe que si tu n’as pas encore d’enfants, c’est que ça ne va pas…

  7. Toutes ces questions ne se posent pas quand on est homo… enfin pas à ce point-là, parce que de plus en plus de gens sont du genre à dire « bah, pourquoi tu n’aurais pas d’enfants??? …. Je vois vraiment pas ce qui pose problème!! »
    Donc, même homo, on n’est pas à l’abri.

    • Oui après c’est à toi de choisir, heureusement même en étant homo tu as le choix d’avoir un enfant ou pas. Mais après c’est TON choix et personne n’a à le remettre en question ni à te dire quand ou comment tu dois t’y prendre.

  8. Même en ayant déjà procréé 3 fois (ouais, je sais…) on est pas à l’abri, puisque TRES régulièrement on me demande en me poussant du coude et en me faisant un petit clin d’oeil mi-complice mi-goguenard; « Alors, quand est-ce que nous en fait un 4ème?! »
    Mais je compatis les filles.

    • Je te remercie particulièrement pour ton petit commentaire, car en relisant mon article et les réactions des autres lectrices, j’ai eu peur de ne toucher que les filles sans enfants… et ton témoignage apporte un autre éclairage ! Même si ça me désespère un peu de me dire que même après 3 enfants on ne te laisse pas tranquille. A partir de combien est-ce qu’ils vont lâcher l’affaire ? Là comme ça, j’aurais dit 2 (2 enfants = conception générale du foyer français moyen, ce qui te fait donc entrer dans la « norme »). Mais au moins avec 3 enfants tu ne passes pas pour une « ratée » car oui, c’est le jugement sous-jacent que portent les indiscrets dont je parle dans cet article sur les trentenaires sans enfants (t’es soit une « ratée » soit « pas normale »).

  9. Billet que je voulais écrire depuis longtemps !
    Cet été, au taf, j’ai eu le malheur de cumuler plusieurs points soulevés. Je me levais avec la nausée le matin, donc petit-déj léger (ce qui est une ineptie chez moi). Du coup, de 11h à 13h je passais mon temps à dire que j’avais faim. Je déjeunais bien mais prenais aussi un truc à grignoter à 16h parce que j’avais encore faim. Et comble de l’ironie, j’avais pris une taille de soutien-gorge. Je ne te dis pas le nombre de fois où j’ai eu droit à « tu serais pas enceinte par hasard ? ». Pour réponse, soit j’allumais une clope, soit je prenais un verre de vin si on était au resto pour le dej ou à l’apéro. Ca devient pesant de devoir se justifier que non, on n’attend pas d’enfant.

    • Moi qui n’ai jamais faim le matin avant 8h, en ce moment j’ai tendance à manger un truc plutôt vers 10h, devant mon ordi au boulot. Il est très facile de faire le raccourci « elle a besoin d’un encas supplémentaire le matin : est-ce que cela signifierait que…? ». Lâchez-nous les baskets et laissez-nous manger en paix.

  10. Daolin says

    En voyant la legende ‘geste a proscir apres un bon repas’ en legende d’une image, cela m’a replonge 2/3 ans en arriere ou il y avait eu tout un quiproquo car j’avais justement fait ce geste : J’avais faim, on devait aller a un resto avec les membres de ma famille presents, et – malheureuse ! – j’ai ose mettre la main sur mon ventre en lancant : ‘allez, c’est parti !’ toute sourire. Ohoh.
    Je n’ai que 24 ans, j’avais donc une petit vingtaine au moment de l’anecdote !
    Pour le moment, je reste relativement epargnee, ce ne sont que les grandes soeurs de mes amies qui tombent enceinte les unes apres les autres (une epidemie ?!), mais j’ai conscience que le cran suivant… c’est leurs soeurs, mes amies donc… et moi !
    Je me prepare a encaisser, merci pour l’article de preparation a la lutte ! 😉

    • Là j’imagine que c’est ta grande soeur qui a la pression en voyant toutes ses copines tomber enceintes ! 😉
      Moi je suis dans le même cas qu’elle : quasiment toutes mes amies sont enceintes ou ont déjà eu des bébés… heureusement ce n’est pas le cas de ma meilleure amie. On fait de la résistance 😉 ! Le jour où elle attendra un bébé, c’est là que je me prendrai une grande claque dans la gueule.

  11. superpandate says

    Je vais également pouvoir te donner mon avis de Maman. Je n’ai pas eu la pression pour avoir le « premier enfant » puisque je l’ai eu tôt 🙂 peut être « trop tôt » pour la société haha… mais la pression du 2eme enfant parce qu’il ne faudrait pas que l’ainé et le petit aient trop d’age d’écart, ça oui… Hé, j’ai pas 30 ans … ma carrière je devrais la mettre entre parenthèse pour un supposé 2ème ? ^^’

    • Pfff tu as déjà un enfant et on te met quand même la pression pour un 2ème ? Comme quoi c’est jamais assez bien… Cf le commentaire de @joliemargot ci-dessus qui a la pression… « du petit quatrième » ! Mais encore une fois, en ayant déjà un enfant, tu évites de tomber dans la catégorie des « ratées » ou « bizarres » qui n’ont pas d’enfant à l’orée des 30 ans (« non mais c’est quoi leur problème ? »)

  12. J’ai l’impression qu’à partir de 30 ans, une partie de notre vie tombe dans le domaine public. Et ce que l’on soit enceinte ou pas d’ailleurs.

    Si t’es pas enceinte et pire, que t’as pas (plus) de mec, on te fait clairement sentir qu’il serait temps de revoir tes exigences à la baisse sous prétexte que tu vieillis (sous-entendu : comme tes ovaires).

    Si t’arrives à te trouver un mec (aux yeux de l’entourage, un futur mari et surtout futur géniteur), tout le monde retient son souffle et croise les doigts pour que ça dure (et que ça produise des bébés), sinon c’est la catastrophe.

    A l’inverse, quand tu es enceinte (d’après les témoignages d’amies mères ), tu te retrouves avec n’importe qui qui vient te tripoter le ventre sans que t’aies rien demandé et te donner des millions de conseils péremptoires sur ce que tu dois faire, comme tu dois l’appeler, si tu dois reprendre le boulot après ou pas, etc.

    C’est fatigant. Dans les deux cas, ça nous réduit à un rôle de poule pondeuse, de vache laitière ( clin d’oeil au collègue gravement graveleux), d’ ovaires sur pattes et non plus de femme à part entière.

    • Pour ce qui est de la pression supplémentaire quand à 30 ans tu dois trouver un mec ET qu’il soit le père de tes enfants (= t’as intérêt à trouver tout de suite le bon et à être très directe avec lui, voire même à lui faire un bébé dans le dos dès la 1ere nuit) ça me fait penser à un film que j’ai vu cet été : « Friends with kids » qui est assez cynique sur ce sujet et m’a donc bien plu… Dedans on y voit comment l’entourage désespéré d’une jeune femme essaie à tout prix de la caser avec n’importe qui pourvu qu’il soit célibataire ! Ce type de conduite est pathétique (bien plus que le fait d’être célibataire et/ou sans enfants à 30 ans).
      Sinon, pour ce qui est des conseils et tripotages de ventre quand tu es enceinte, ça m’énerve tellement rien que d’y penser que je te promets de faire un article dessus pour me défouler si un jour je suis enceinte !!

      • Avec joie ! 🙂 Pour ma part, « si un jour je suis enceinte aussi », je me munirai d’un Taser 😉 Je vais le regarder, le film dont tu parles, ça m’intéresse !

  13. Oui, graveeeeeee !!!!
    Mais aujourd’hui (à 32ans) je me dis qu’ils ont raison faut que je m’affole (ce qui affole Chéri – lol).
    Tic, tac, tic, tac … la pression sociétale … Je te déteste.

    • Oui j’ai pas dit qu’ils n’avaient pas raison, peut-être que c’est le cas, mais ce qui est sûr c’est que c’est à toi de faire comme tu le sens et comme tu le sens et que c’est ta vie, pas la leur 😉
      PS : c’est mieux d’être d’accord avec monsieur Chéri avant de te lancer 😉

      • 34 ans et « toujours pas » d’enfants. En couple avec mon monsieur Chéri depuis 5 ans. Mes parents ne m’ont jamais posé la question, j’apprécie. J’ai envie d’avoir des enfants, mais il y a des jours où je nie rien que pour contrarier ceux qui guettent ma grossesse : « non, j’aime pas les enfants » ou « non, j’ai déjà un chien » sont assez efficaces en général. C’est vrai quoi, je trouve ça suspicieux : en quoi MA grossesse LEUR procurerait satisfaction ? Quel est leur intérêt à me « vendre » la maternité ? J’en viens à penser que c’est parce qu’ils ont besoin de se rassurer sur leur choix.

        Bon, je suis sûre que je repenserai à ce comm quand j’aurai des enfants et que je mettrai la pression à ma soeur, 31 ans, qui me demandera si j’ai besoin de me rassurer sur mon choix….

        • Ha ha ha, excellent le « j’aime pas les enfants » : je vais tester voir si ça marche 😉
          Par contre le coup du chien je ne crois pas que ce soit efficace. J’ai essayé avec mon chat, dans l’esprit « oh lala, je suis déjà si prise par mon chat, ça me fait déjà beaucoup à m’occuper ! » (sous-entendu : je suis à peine capable de m’occuper d’un chat – être le plus indépendant et autonome qui soit – donc je serai une mère indigne si j’avais des enfants) mais à chaque fois on me répond que ça me fait « un bon entraînement ». Je sais pas. Un bébé, ça sait utiliser une litière au moins ?

      • Oui enfin moi … ça fait 10 ans que je désire un enfant, alors …
        Reste plus qu’à attendre que Chéri soit ready to become a Daddy lol.

  14. Bientôt 30 ans pour ma part et je ressens l’envie depuis 2 ans environ d’avoir un bébé. En couple depuis 5 ans, mon amoureux ne se sent pas encore prêt donc je prends mon mal en patience. Seulement, ma famille m’en parle, sa famille en parle, mes amis vont devenir bientôt parents … Bref, tout, autour de moi, me donne encore plus envie. Tout, cette pression sociale, cette pression familiale, ces curieux qui se demandent quand est-ce qu’on va franchir le pas … Bref bref, déjà que cette envie de maternité est de plus en plus irrésistible de mon côté, alors si en plus, tout le monde s’y met (même si ça part toujours d’un bon sentiment), ça va pas aller … Bientôt je vais ex-plo-ser !

    • Ceux qui te demandent si tu es enceinte le font pour des raisons très égoïstes (= curiosité) et se moquent éperdument du fait qu’ils peuvent te blesser… comme cela peut être le cas pour toi si le fait d’être enceinte est justement ton désir mais que pour l’instant il n’est pas satisfait.

      Ton témoignage donne une raison de plus pour user de tact (et se mêler de leurs affaires !).

  15. Ce qui peut être chiant aussi c’est quand on te pose toujours la question alors que ça fait un an que tu essayes et que ça marche pas (mais que tes essais sont secrets quoi).
    A 23 ans ma grand ^ère m’a gentiment fait remarquer qu’il était grand temps que je m’y mette uhuh la ménopause me guette ^^

    • Sacrée mamie, elle est mignonne ^^
      Pour ce qui est des essais top-secrets, c’est ce que je voulais dire quand je parlais de la fameuse copine qui te questionne de manière toujours plus précise et insistante… si jamais je me mets à « essayer » d’avoir un bébé, je n’en parlerai à personne, parce qu’après, j’aurais trop peur que les questions deviennent encore plus indiscrètes et je tiens à préserver mon intimité ! Et puis franchement j’imagine tous les 3-4 jours « Alors, alors, alors ??? Toujours pas ???!! »… au secours !

  16. Marie says

    Salut ! Je connais ton blog que depuis… ce soir ! et j’ai vraiment l’impression que ça aurait pu être mon histoire aussi !!
    J’ai bientôt 28 et demi (on m’a fait remarquer l’autre jour qu’il n’y a que les gamins qui disent le « et demi »….) et tout le monde me gave avec la maternité depuis 2 ans, jour où j’ai eu la bonne idée d’emménager avec mon ami dans un 3 pièces, donc 2 chambres !! La belle-mère a commencé à me gaver avec ses désirs de petits-enfants, surtout en essayant de me faire culpabiliser (« oui moi si j’avais pu, j’aurais fait plusieurs enfants nanani nanana ») ou alors de me parler de ses collègues (« tu comprends, elles n’en voulaient pas et maintenant, elles regrettent !! »).
    LE PIRE que j’ai eu est venu d’une collègue à moi, Maman bien entendu : « quand je pense à toutes ses femmes qui n’arrivent pas à avoir d’enfant et toi, t’en veux pas ! » (euh, ALLO !)
    Bref, j’ai déjà essayé le coup du « j’aime pas les enfants » mais tout le monde m’a répondu « quand ce sont les tiens, c’est pas pareil !!! » (je pense qu’être parents, c’est entré dans une secte !)
    Je sens que j’vais finir par dire que je ne peux pas en avoir, au moins, ça leur fermera le clapet avec un gros sentiment de honte ! NA !
    Je préfère largement être Tata ! Et je crois que j’en resterais là !

    Heureusement, mes copines proches ne font AUCUN gamin !

    On va pas se laisser faire, no mais oh !

    • Ha ha t’as raison, faut pas te laisser faire !
      Dans mon inventaire j’avais oublié le coup de l’habitat qui s’agrandit et qui signifie donc forcément que c’est pour « agrandir la famille » derrière. Moi j’ai acheté une maison avec mon ami l’année dernière. Pour mon entourage maison = bébé(s). Beh non, maison = maison (et plus d’espace pour nous deux). Et oui, on a deux chambres d’amis. Mais on a beaucoup d’amis.

  17. Cécilounette says

    31 ans, sans « Jules » fixe, sans enfant, sans boulot stable, pour autant heureuse et passionnée .. Et le dernier commentaire desesperé et larmoyant de ma bonne mamy au moment du repas de Noel devant toute la famille : « mais enfin, tu ne veux pas de mari ? tu veux pas d’enfant ? Quand est-ce que tu vas enfin te trouver UNE SITUATION ? Tu mènes vraiment une vie DISSOLUE ma petite fille !!!!! » … 🙂 Cécile, trentenaire « dissolue » et fière de l’être!

    • Ah la la, les commentaires larmoyants de nos petites mamies… c’est si dur d’y résister ! C’est sûr qu’en sortant de table je parie que t’avais qu’une envie : sauter sur le premier venu, lui faire un enfant et monter ta boîte avec lui dans la foulée, entre le mariage et la mise en route du petit deuxième… Bref te trouver (coûte que coûte) une SITUATION (j’adore ce mot, c’est tellement rétro 😀 ).
      Et le bonheur dans tout ça… bah.
      Sacrée mamies…!

    • Ah ben oui forcément si une fille épouse un homme c’est pour trouver un père à son futur enfant… Sauf bien sûr quand elle l’épouse justement parce qu’elle est (déjà) enceinte…

  18. Maribulle says

    Génial ton article! Je m’y retrouve un peu, notamment au sujet de certaines amies qui te posent la question sans arrêt! J’ai 29 ans depuis peu et un petit bébé de 8 mois, j’ai l’impression d’être « vieille » aux yeux de mes amies qui ont eu leurs premiers à 25/26 ans (voire 23 pour certaine), c’est parfois dur de se sentir à la traîne alors que c’est un choix que j’assumais. Mais quand je suis tombée enceinte, je me suis demandée pourquoi je ne l’avais pas fait avant? La pression sociale est permanente même si on a l’impression d’être maître de nos choix…

    • Depuis la rédaction de cet article ma situation a évolué puisque je suis désormais enceinte. Du coup la pression s’est un peu stabilisée… Un peu car on commence déjà à me parler du « petite 2ème ». Non mais les gens sont fous (ou jamais contents…)

  19. Fred says

    Aux copines qui me demandent « Alors, tu t’y mets quand? », je leurs réponds « Ben quand tu fera ton deuxième, pour qu’ils grandissent ensemble! » Et tac, coup de pression pour coup de pression!
    Ma famille n’insiste pas trop là dessus. Il n’y a que ma belle-mère pour me donner des conseils farfelus, comme d’arrêter ma pilule sans le dire à Chéri! (Oui oui, la maman de Chéri me donne ce conseil!)
    Il n’empêche que le choix de ne pas faire d’enfant avant de se sentir prête est un choix très difficile pour moi. J’avais accepter les grossesses des copines. Maintenant vient le temps où elles accouchent toutes, bon … ok … Difficile de tenir un enfant dans ses bras sans avoir envie de se reproduire! Mais soit! Ok! Et puis ça devait bien arriver! Moi, j’attends d’avoir un bon job, un bon logement, que Chéri soit prêt, et surtout, que je sois prête! Mais là, une cousine est enceinte! Elle qui n’a pas de mec, pas d’appart, pas de boulot, … Elle est enceinte! Est-ce-que je fais bien d’attendre? Est-ce-que 29ans ce n’est pas le bon âge?
    Et puis je relis ton article et ses commentaires! Là je retrouve la raison et me dis que mon choix est le bon! J’ai 30ans ou presque et je ne suis pas prête à avoir des enfants!
    Merci pour ce blog qui fait du bien! Et merci pour l’économie de la séance de psy 😉

    • Ha ha ha attends tu ne perds rien pour attendre, je vais t’envoyer ma note pour cette psychanalyse express 😉
      Encore une fois je pense que le fait de faire un bébé ou pas et le choix du moment pour le faire sont des choses tout à fait personnelles qui ne te concernent que toi et que ton compagnon (mais toi d’abord !). Hier j’ai lu un article là-dessus dans le magazine Néon que j’achète de temps en temps et qui consacre un dossier ce mois-ci sur le fait de faire des enfants (ou pas). Il y a dedans l’interview d’une psychologue qui explique que de nos jours quand on ne veut pas d’enfants on est considérée avec beaucoup de mépris par le reste de la société. CQFD !

  20. Stéphanie says

    J’ai 34 ans et personne ne m’a jamais fait chié, ça m’a toujours surprise… Soit j’ai les oreilles bouchées, soit j’ai la tête de la meuf qui ne fera jamais d’enfants.

    Très sympa ton blog by ze way.

    • Hi hi… et tu sais quoi, même après avoir eu un 1er enfant, la pression est toujours là (« à quand le 2ème…!? »)

  21. lilie says

    Sinon on peut s’assumer comme on est, Aimer qui l’on est et ne pas changer ses comportements car le principal est d’être en accord avec soi même

    Modifier son comportement et faire en fonction des autres c’est ne pas avoir confiance en soi et se rendre malheureuse donc tu règles tes problèmes en priorité a partir de la les autres et leur remarque tu es assez forte pour leur dire que soit c’est gênant soit debile
    Si ce ne sont pas des personnes nocives elles ne le feront pas 2 fois

    • Je suis bien d’accord ! Après, même en ayant confiance en soi, on peut parfois êtres désarçonnée par le sans gêne des autres…

  22. léa says

    Presque trentenaire, je suis tombée sur ton blog qui me fait beaucoup rire et qui est très vrai à la fois ! Je suis marié avec chéri depuis 1 an et ma famille ne s’embarrasse plus de fioritures sur la grossesse. A chaque fois que je vois mes parents c’est : alors tu nous fais un ptit quand? . Si j’ai le malheur de ne pas répondre au téléphone, c’est : t’étais en train de nous faire un petit ? (horreur !!je vous parle de votre vie sexuelle moi?!).
    Ne sachant pas si je veux un enfant ou non, je me suis fait poser un stérilet depuis peu. Ma tante m’a sorti : comme je sais que tu as ton voyage de noce bientôt, j’ai pas voulu t’engueuler, je te laisse faire ton voyage de noce tranquille ! ==> trop gentil !
    Dès que je mets une nouvelle tenue, ma même tante me sort « oh tu serais vraiment trop belle enceinte ».
    Chéri est aussi perdu que moi mais bizarrement on ne lui fait aucun commentaire à lui !
    Oui la trentaine signe vraiment la fin de l’intimité !

    • Tu n’as vraiment pas de chance d’avoir une famille aussi peu respectueuse de ta vie intime ! Je sais combien on peut se trouver impuissante face à ce genre de commentaires… 🙁

  23. aurélie guignier says

    Bonjour Claire, je découvre ton blog depuis quelques semaines….Moi qui viens d’avoir 30 ans, célibataire et me mettant la pression car j’ai peur pour mon horloge biologique. J’adore te lire et essaie de relativiser malgré la pression de la société et de mes ovaires 🙂
    Outre cette pression, à 30 ans femme célibataire = femme qui a un problème?? Je me pose la question de ma capacité à être en couple, à partager ma vie avec quelqu’un, à douter de ma féminité, …. Une période pas facile.
    merci pour ton partage et tes articles.

    • Bonjour Aurélie, merci pour ton gentil commentaire ! Je comprends que tu puisses te poser toutes ces questions. Mais ce qui compte vraiment c’est de savoir si tu es bien dans ta vie telle qu’elle est (qu’elle corresponde ou non au modèle dominant)… Et pour ce qui est de l’horloge biologique, j’ai écrit un article là-dessus : à lire ici.

Laisser un commentaire