Du mythe à la réalité, Société
15 commentaires

La différence de génération pour les nuls

Cameron Diaz et Toni Collette dans le film In her Shoes

Quand on souffle ses 20 bougies, on ne pense pas qu’un jour on aura 30 ans. Pourtant, après ça, la trentaine arrive vite. Passés 25 ans commence un décompte qui s’achève inexorablement lors du prochain « chiffre rond ».

Pourtant, on ne se voit pas changer, on ne se sent pas vieillir. Et même quand on atteint l’âge fatidique des trente ans, on ne peut s’empêcher de se dire que finalement, la vingtaine, ce n’est encore pas si loin. On conserve ainsi une grande proximité avec les vingtenaires. Car finalement, on est comme eux. Bon, peut-être en mieux… Mais non, au fond, on est pareil.

Enfin, en tous cas, c’est ce que je croyais. Jusqu’à ce qu’une jeunette me remette bien gentiment à ma place de trentenaire.

Cameron Diaz et Toni Collette dans le film In her Shoes

La plus vieille (dans sa tête) n’est pas forcément celle qu’on croit…

Rencontre avec ma (jeune) banquière

Tout a commencé cet été par un RDV avec ma banquière. A l’heure où la plupart d’entre vous ne songeait qu’à s’étendre au soleil un thé glacé dans une main et un bouquin dans l’autre, moi je décidais d’aller renégocier mon emprunt immobilier.

Quelques temps auparavant, j’avais reçu une note m’informant du fait que ma banque m’avait attribué une nouvelle conseillère. J’ai donc pris rendez-vous avec cette dame par e-mail pour une première rencontre.

On parle toujours de l’importance de la 1ère impression. Moi, ce que je peux vous dire, c’est que la première chose qui m’a frappée chez ma banquière, c’était son jeune âge.

Je n’aime pas les aprioris, les jugements trop hâtifs. Je lutte contre cela sur ce blog comme dans la vie. Je mets donc un point d’honneur à accorder le « bénéfice du doute » aux nouvelles personnes que je rencontre, pour ne pas céder moi aussi à la facilité du préjugé. De plus, j’ai été assez souvent victime de discrimination sur mon jeune âge au début de ma carrière pour savoir que ce n’est pas parce que l’on est jeune que l’on est incompétent.

Pourtant, il faut bien avouer qu’il y a certaines professions dans lesquelles il est plus rassurant d’avoir affaire à quelqu’un de plus « expérimenté »… en d’autres termes, quelqu’un plus vieux que soi. Il s’agit des professions qui touchent à des domaines sensibles, tels que notre argent, notre santé ou encore… nos cheveux. Car j’avoue que quand c’est l’apprenti qui est désigné volontaire pour me couper les cheveux d’une main tremblante, je serre les fesses sur le siège du salon de coiffure comme si j’étais sur Space Mountain.

Pourtant, malgré quelques mauvaises expériences, je me refusai à généraliser et me forçai donc à aborder l’entretien avec ma banquière en gardant l’esprit ouvert.

 

Ma nouvelle meilleure amie… ou presque.

Cameron Diaz et Toni Collette

Sourire faux versus rire hypocrite

L’entretien s’est bien passé, dans une ambiance détendue, qui donnait presque une (fausse ?) impression de copinage. J’ai pu poser mes questions en toute quiétude, elle m’a répondu avec connivence, bref, on s’est bien entendues.

Enfin, ça c’était jusqu’à ce qu’elle déborde en évoquant le sujet des retraites. Je lui ai confié que, en toute lucidité, je ne pensais pas que d’ici que je sois à la retraite (NDLR : soit dans très très trèèèèès longtemps), je ne pensais pas que le système des retraites serait toujours opérationnel tel qu’il existe aujourd’hui. Ce à quoi elle m’a rétorqué d’un ton concerné « oui, je comprends, vous avez probablement raison… et ce sera certainement encore pire pour les gens de ma génération« .

 

Le fossé générationnel

Ma banquière connaît mon âge, 31 ans. Au cours de l’entretien, elle a mentionné le sien, 24 ans, me confirmant qu’elle était effectivement très jeune. Pour être ma banquière, s’entend. Parce que pour le reste, j’avoue que je n’ai pas été frappée par la différence d’années qu’il pouvait y avoir entre nous deux et encore moins par le fait qu’elle pouvait me considérer comme sa mère.

Car oui, une « génération », selon le Larousse, c’est l' »Espace de temps qui sépare chacun des degrés de filiation« . Or, en France, les femmes ont leur premier enfant en moyenne à 28 ans (source Insee). Donc, si l’on prend la définition du dictionnaire stricto sensu, on peut considérer qu’il faut à minima une différence de 28 ans entre deux personnes pour que l’on puisse parler de différence de génération. Mais bon allez, je ne suis pas quelqu’un de rigide, donc je veux bien accepter que l’on fixe le seuil autour de 15 ou 20 ans. Mais quoi qu’il en soit, 7 ans, c’est trop peu pour invoquer la différence de génération. Vois-tu, chère banquière, t’avoir engendré à l’âge de 7 ans eut été un peu rapide, quand même.

A noter également que si j’avais été ta mère, je t’aurais mieux élevée. Je t’aurais enseigné le respect de tes aînés (un exemple au hasard, hein).

 

Suis-je si vieille que ça ?

Rétrospectivement, je me demande quelle a été mon erreur. Comment je l’ai amenée à croire que j’étais beaucoup plus vieille qu’elle. Peut-être est-ce dans ce que je fais, est-ce dans ce que je dis ? Peut-être est-ce dans mon apparence ? C’est l’heure de la remise en question.

Revue de détail de ce qui pourrait trahir, ou non, mon appartenance à la catégorie « personne âgée », que ce soit aux yeux de ma banquière ou encore… aux vôtres, chers lecteurs :

Erreur n°1 : Je souhaite renégocier mon prêt immobilier
Ce que cela traduit : je suis une consommatrice avisée, qui regarde la bourse tous les matins, lit le Wall street journal pour se détendre et se tient au courant de la variation des taux d’emprunt.
Ce que cela cache en fait : j’ai lu une brève là-dessus dans Biba.

Erreur n°2 : Je parle de ma retraite
Ce que cela traduit : je pense à ma retraite, je compte les jours qu’il me reste avant de la prendre. J’ai un pied dans la tombe.
Ce que cela cache en fait : je veux pas dire, mais c’est ma banquière qui a abordé le sujet. Bon d’accord, c’est son job, elle essayait juste de me refiler un placement d’épargne retraite. Mais elle m’a quand même avoué qu’elle, elle en avait ouvert un depuis qu’elle a commencé à travailler. Alors, c’est qui la vieille ? …Grillée !!!

Erreur n°3 : Je porte des robes
Ce que cela traduit : je suis née avant guerre et appartiens à une génération qui considère que les femmes ne doivent pas porter de pantalons (NDLR : notez ici l’emploi approprié du terme « génération »).
Ce que cela cache en fait : au contraire de ma banquière, avec son pantalon et son petit gilet de mémé en plein mois d’août, j’ai confiance en moi (et je suis encore assez jeune pour montrer mes gambettes sans faire pitié)

Erreur n°4 : J’utilise des expressions latines (cf « stricto sensu » plus haut)
Ce que cela traduit : je suis née du temps de la Rome Antique et j’ai côtoyé Platon.
Ce que cela cache en fait : j’ai fait des études. In fine, cela me donne le droit de me la péter un peu de temps en temps (mais pas trop souvent quand même).

Erreur n°5 : Je regarde la définition des mots dans le Larousse
Ce que cela traduit : je ne connais pas internet ; je fais des mots croisés le samedi soir au lieu de sortir avec des amis ; j’ai pleuré en apprenant le décès de Maître Capello.
Ce que cela cache en fait : j’ai cherché la définition dans Google et je suis tombée sur le Larousse en ligne.

 

Et puis d’abord, c’est elle la vieille* !

(*NDLR : mauvaise foi tout à fait puérile, qui témoigne de mon jeune âge)

Toni Collette et Cameron Diaz se disputent

Je te déteste, moi non plus

Pourtant, on a des points commun, ma banquière et moi. D’ailleurs, selon Wikipedia, on fait partie de la « Génération Y, qui regroupe des personnes nées approximativement entre la fin des années 1970 (…) et le début des années 2000« . Nous en partageons les caractéristiques : l’âge (hé oui !), mais aussi le pessimisme face à l’avenir, ou encore la facilité d’approche d’internet et des nouvelles technologies. Ah non, en fait, ma banquière m’a avoué qu’elle avait du mal avec son ordi et qu’elle n’y comprenait rien. Bah, un point de plus pour moi, alors.

Chère banquière, permets-moi au final de te traiter avec toute la déférence que m’autorise notre si grande différence d’âge. Vois-tu, Amandine, – tu permets que je t’appelle par ton prénom ? …Non ? Pas grave, à mon âge, je peux me passer de ta permission -, ce n’est pas bien de juger les gens sur leur âge. Imagine, petite sotte, si j’en avais fait de même… Peut-être n’aurions-nous pas eu le plaisir mutuel de nous entretenir. Et puis comprends-tu, jeune impudente, que ton attitude puisse être considérée comme un manque de respect ?

Et surtout, sache-le, jeune péronnelle, toi aussi, un jour, tu auras 30 ans (ou presque).

 

Victoire en direct du bac à sable

Bilan des courses,  mon emprunt n’a pas bougé. Cette petite garce n’a « rien pu faire ». Le manque d’expérience peut-être ?
…je crois que je vais changer de banque.

 

Et vous, avez vous des traits de caractère, des marottes… qui pourraient faire croire que vous appartenez à « une autre génération » ?

15 Commentaires

  1. Tout simplement quand les « jeunes » du bus, m’interpelent en disant « Madame vous avez l’heure s’il vous plait ? » Qu’est ce qui te fait dire que je suis Madame ? Nanméo !
    Sympa ton article !

    • Eux t’appellent « Madame »… mais toi tu les appelles bien « les jeunes » 😉
      Nan mais je suis sûre que s’ils t’appellent « Madame » c’est parce qu’ils voudraient bien t’appeler « Mademoiselle » mais comme ils sont très à cheval sur l’évolution des tendances au niveau de l’administration française, ils savent que maintenant ça ne se dit plus… Oui, sans le savoir, tu es probablement tombée sur une future promotion d’énarques.

  2. Quand j’ai dit aux enfants de l’école que j’avais appelé mon chat Sherkhan, comme dans le livre de la jungle et qu’ils m’ont répondu qu’il ne l’avait pas vu, que c’était un dessin animé « de mon temps »…

    • J’ai une bonne nouvelle pour toi : tu n’auras pas à rebaptiser ton chat ! En effet, Le Livre de la jungle vient d’être réédité en DVD et Bluray. Donc pour le coup, ce sont ces petits insolents qui devraient se mettre à la page !

  3. Han, la claque! Je crois que je l’aurais super mal pris aussi… Ta aurais du lui suggérer d’aller lire ton blog, à cette jeune insolente!

    • Disons que même si maintenant je suis loquace sur le sujet, sur le coup ça m’en a bouché un coin et je suis restée muette. Mais c’est vrai que dans ces instants-là, j’ai pensé à mon blog. Sauf que plutôt que de lui en suggérer la lecture, je me serais plutôt vue l’afficher sur son écran d’ordi, arracher le moniteur de la prise et ensuite lui frapper la tête avec façon Tex Avery (pour que ce qui est sur le blog « rentre bien » dans sa petite tête).

  4. ahah j’ai adoré ton article 🙂
    moi je me souviens encore d’un retour de festival de musique dans une navette qui reliait le site du festival au centre ville, une ptite nénette qui dit au téléphone qu’il y avait plein de gens au concert, « même des vieux… genre 25 ans… »
    ahem…

    • Ha ha ha ha ha 😀
      Elle doute de rien celle-là !!! T’imagines la méga-claque qu’elle se prendra quand elle fêtera ses 25… puis ses 30 ans ? ou quand on l’appellera « Madame » pour la première fois ?

  5. zeblues says

    j’ai eu la même impression que toi avec ma conseillère, en plus elles ont le même prénom!!!!
    D’un autre côté, j’ai un patient qui m’a prise pour une petite jeune infirmière qui ne connaissait pas son boulot et qui sortait de l’école, voir qui était à l’école: « les autres infirmières elles font comme ça pour faire ce soin!!! » heu monsieur ça fait presque 10 ans (déjà) que je fais ça!!!!

    • Tu sais quoi ? si ça se trouve on a la même conseillère ! car je n’ai jamais changé de banque, la mienne est toujours située face au collège…
      Quant à ton patient indélicat, il aurait mérité que tu lui fasses une petite frayeur (« oups, je crois que je me suis trompée de soin… Vous comprenez, je suis si jeune ! ah puis non ça a l’air d’être bon…) 😉
      Remarque, la dernière fois que je suis allée faire une prise de sang, c’est Mamie Nova qui m’a piquée en vérifiant dans son bouquin qu’elle faisait bien ce qu’il fallait (« vous comprenez, je suis là pour un remplacement, ça fait longtemps que j’ai pas fait ça… ») : c’était pas rassurant !!

  6. zeblues says

    effectivement si tu n’as pas changé de banque, et qu’elle se trouve face au collège, on a la même conseillère!!!!
    Après quand mes patients me donnent 25ans, ça fait toujours plaisir.

  7. Amande says

    Ma jeune collègue me donne 35 ans, 36 maxi et avec un grand sourire! … J ai 28 ans 🙁

    • Un de ces quatre il faudra que tu lui dises « je te payerais bien un verre mais pour ça faudra attendre que tu aies 18 ans » ou un truc du genre…

    • Et bien en fait j’ai fait pire comme réponse : depuis ce RDV désastreux… je fais la gueule à ma banquière. Bon, elle ne le sait pas, puisque je ne l’ai pas revue depuis, mais j’y trouve une certaine forme de satisfaction passive-agressive… en attendant mieux.

Laisser un commentaire