Rétromania
Laisser un commentaire

Rétromania #1 : Pin’s sans rire

Pin's pin's pin's !

L’autre jour, je suis tombée sur une collection d’une trentaine de pins chez un antiquaire. Ils étaient là, scintillant comme mille étoiles, fièrement exposés en vitrine tels des trophées d’un autre temps. Je n’ai alors pas pu m’empêcher de recenser avec excitation ceux que j’avais eu en ma possession à l’époque. Cela m’a donné une bouffée de nostalgie que j’ai envie de partager ici.

Les pin’s, c’est quoi ?

Un pin's très classique représentant la Tour Eiffel

Un pin’s très classique représentant la Tour Eiffel

Un pin’s c’est un petit objet, le plus souvent métallique, qui se fixe sur un vêtement à l’aide d’une petite pointe située à l’arrière et de l’attache correspondante.

Au début des années 1990, les grandes marques ont commencé à utiliser le pin’s comme objet publicitaire. L’idée a tellement plu que le pin’s est rapidement devenu un phénomène de société. Tout le monde s’est lancé dans la collection de ces petits objets, qui existaient sous toutes les formes, de toutes les couleurs et toutes les matières (métal, céramique, plastique, bois…). D’abord exclusivement publicitaire, le pin’s est ensuite devenu décoratif, allant même jusqu’à remplacer la broche sur le veston des grands-mères.

Des pin’s sur la veste et des étoiles plein les yeux

Les Pin's Astérix

Les Pin’s Astérix : sont-ils pas mignons ?

Comme tout le monde, j’ai collectionné. Certains pin’s étaient aisés à se procurer, il n’y avait qu’à tendre la main. Pour d’autres, cela ne se faisait pas sans peine. Combien de points Volvic mamie a-t-elle dû découper sur les bouteilles afin de me procurer la collection des pin’s de cette marque ? Combien de pleins d’essence pépé a-t-il dû effectuer pour pouvoir m’offrir les différents pin’s à l’effigie d’Astérix édités par Total ? A noter que tous les pin’s n’étaient pas gratuits : il fallait parfois débourser dans les 10 francs (NDLR : environ 1,5 €) pour s’offrir l’objet de ses désirs.

L’engouement était général et les rumeurs les plus folles circulaient au sujet de la valeur de ces petits trésors. Certains avançaient que ceux comptant un grand nombre de couleurs étaient les plus précieux. D’autres tablaient sur la matière dont ils étaient composés pour en évaluer le prix. Au final, ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, tous ces trucs ne valent plus rien.

Tableau de pin's

Les collections de pin’s étaient mises en valeur sur des tableaux de liège. Oui, je sais, c’est super-moche.

Je me souviens d’un jour où, en consultant un ouvrage de littérature télévisuelle contemporaine (Télé 7 jours), j’étais tombée en extase devant une photo de Michel Drucker et Jean-Pierre Foucault. Les deux animateurs télé, qui sévissent encore aujourd’hui sur nos écrans (le temps passe mais certaines choses restent immuables…), portaient chacun une veste de blazer couverte de pin’s. Ça me faisait rêver. Pouvait-on imaginer d’un moyen plus classe pour exhiber sa collection ? Sans compter qu’ils étaient là à la tête d’une fortune incommensurable… Je me souviens m’être dit « quand je serai grande, j’aimerais avoir moi aussi une telle collection ».

Maintenant que je suis grande… je me dis que finalement, les diamants c’est bien aussi. Et puis, portés en collier, bracelet ou bague (l’un n’excluant pas l’autre, hé hé), ça risque moins de faire des trous dans les vêtements.

Et vous, aviez-vous une grosse collection de pin’s ?

Laisser un commentaire