Articles comportant le mot-clef : dessin de presse

Faut-il être féministe en 2017 ?

Faut-il être féministe ?

A plusieurs reprises, j’ai eu envie d’évoquer ce sujet sur ce blog. Et à chaque fois, je me suis tue. Pourtant je pense que l’évocation de cette question est tout à fait légitime. En effet, la place de la femme dans notre société apparaît en toile de fond de tous les blogs féminins… et encore plus dans celui-ci, qui parle de grandir et de trouver sa place dans le monde. Au final, le déclic est venu d’un roman, dont je viens d’achever la lecture : La Servante écarlate, de Margaret Atwood. Paru au milieu des années 80, il est revenu sur le devant de la scène ces derniers mois grâce à une adaptation sous forme de série. Je l’ai reçu dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Robert Laffont et je ne regrette pas de l’avoir lu, tant l’histoire est passionnante et superbement écrite. Mais au-delà du divertissement, ce roman, que les critiques décrivent comme visionnaire, offre un aperçu d’une société où les femmes seraient privées de droits. Et ce qui est troublant, c’est que …

Je suis Charlie

Faut-il cesser d’être idéaliste une fois adulte ?

Aujourd’hui je voudrais vous parler de Coco. Coco est le pseudo de Corinne Rey, jeune dessinatrice de presse de 30 ans (ou presque). Je l’ai rencontrée pour la première fois en 2010, alors qu’elle était encore une toute jeune dans ce métier. Nous nous sommes rapidement appréciées. Coco est un un petit bout de femme d’abord timide, qui se cache derrière ses longs cheveux bouclés et un épais trait d’eye liner. Pourtant, son trait est incisif, impressionnant. Elle percute vite et dessine rapidement, avec précision. Nos rencontres suivantes ont confirmé ma première impression : Coco est, avec Louison, l’une des dessinatrices de presse les plus talentueuses de sa génération.

Dessin de Louison pour 30ansoupresque.com

Portrait de trentenaire (ou presque) : Louison

Ce mois-ci pour mon Portrait de trentenaire (ou presque) j’ai l’immense plaisir de vous présenter une dessinatrice de presse à croquer : la pétillante Louison. Quand on a 30 ans (ou presque), on voit parfois d’un mauvais œil que des ptites jeunettes se permettent d’être plus talentueuses que nous.  Ça nous donne immanquablement un coup de vieux. C’est un peu ce qui m’est arrivé avec Louison. Louison, je suis fan de son humour, de son coup de crayon moderne, coloré et incisif. Dans ses dessins, elle oscille entre légèreté et profondeur. Ainsi, elle peut aussi bien traiter de sujets légers et « people » que de thèmes plus polémiques. Quitte à ce qu’on lui reproche de jeter de l’huile sur le feu.