Mois : juin 2014

Je deviens maléfique

Faut il être méchant(e) pour réussir ?

Quand on est petit, on nous dit toujours d’être gentil avec les autres. On nous enseigne que c’est mal de se battre, de dire des méchancetés, d’embêter les personnes avec qui on est en contact. On insinue même que si l’on adopte ce genre de comportement, il risque de nous arriver des choses déplaisantes. Passé un certain âge, on finit par se rendre compte que ce n’est pas forcément le cas. Pire, on se rend compte que parfois, les méchants s’en sortent bien. Voire même s’en sortent mieux. Récemment, j’en suis même arrivée à un constat alarmant : être méchant est carrément devenu à la mode. On le voit dans les pubs, on le voit dans le monde des médias : être gentil, c’est désormais être niais ; être empathique, c’est être faible. Au contraire, les méchants sont valorisés, ils sont désormais plus cools que les autres, en un mot : ce sont devenus des modèles.

Leçon de vocabulaire pour avoir l'air jeune

Leçon de vocabulaire pour apprendre à parler jeune

Quand on a 30 ans (ou presque), on commence à avoir peur de vieillir. Afin de retarder les signes physiques de l’âge, on peut toujours se protéger du soleil et se tartiner d’antiride. Mais pour ce qui est du vieillissement mental, il n’existe malheureusement pas de crème miracle. Afin de rester aussi jeune de l’intérieur que vous l’êtes à l’extérieur, je vous propose donc aujourd’hui d’updater votre vocabulaire. Updater ? Oui, pardon, j’aurais dû vous prévenir : la leçon a déjà commencé. En effet, la première chose à savoir c’est qu’il est plus que jamais à la mode de franciser des termes anglais. Cela vous permet de donner l’illusion d’un vocabulaire plus riche. Si vous avez la flemme de rajouter « er » à la fin des mots anglais pour les franciser, vous pouvez aussi les utiliser tels quels, c’est d’autant plus swag. Pour élaborer cette nouvelle leçon de vocabulaire, j’ai réalisé un véritable travail d’investigation sur le terrain. J’ai discuté avec des profs de collège. J’ai parlé avec des parents d’adolescents. Mais surtout, j’ai pris le …

Rater sa vie à 30 ans

Si à 30 ans tu n’as pas ça, tu as raté ta vie

Les gens ont énormément d’idées préconçues sur la trentaine. On peut pardonner à ceux qui n’ont pas encore fêté leurs 30 ans : ils ne savent pas ce que c’est, ils sont encore jeunes, ils flippent, c’est normal… Par contre, il est plus difficile d’être indulgent envers ceux qui ont dépassé la trentaine et qui continuent malgré cela à construire une image faussée de ce à quoi devraient ressembler tous les trentenaires. Au fil du temps, les clichés concernant cet âge iconique se sont ancrés si profondément dans la société, que les néo-trentenaires font désormais l’objet d’une pression phénoménale, la 30ème bougie à peine éteinte… D’un coup, on se doit de rentrer dans un moule standardisé. L’âge de 30 ans cristallise les attentes de la société, à tel point qu’il en devient hautement anxiogène. Dès lors, il n’est plus question de se laisser aller à faire des expériences, ni même, soyons fous, des choix ! Il faut correspondre au plus vite à une « normalité » imposée. C’est la condition sine qua non pour être heureux aux …