Culture
13 commentaires

A la découverte de la littérature New adult

Critique et avis du livre Maybe not de Colleen Hoover

Malgré mon bac littéraire, je n’ai jamais  été une grande lectrice. Pendant plusieurs années, les livres sont même complètement sortis de ma vie, jusqu’à ce que je découvre Amélie Nothomb et que je devienne pour le coup monomaniaque en termes de littérature.

Pas étonnant du coup que je sois passée à côté de l’éclosion d’un nouveau genre littéraire : le New adult. En fait, je n’avais jamais entendu parler de la littérature new adult jusqu’à ce que je sois contactée par la maison d’édition Hugo Roman qui m’a proposé de me faire découvrir le livre Maybe Not de Colleen Hoover, une romancière américaine à succès spécialisée dans ce nouveau genre.

J’ai été d’emblée très intriguée par ce nouveau genre censé plaire à la cible des 18-30 ans. Je me suis demandé comment on faisait en littérature pour s’adresser spécifiquement aux vingtenaires et néo-trentenaires, comment cela se manifestait dans les écrits…

De plus, l’expression « New adult » m’a vraiment emballée. Je trouve que cela conviendrait parfaitement pour décrire les jeunes trentenaires… C’est un peu (beaucoup, en fait) l’idée que j’essaie de faire passer sur ce blog. J’ai donc voulu en savoir plus.

Je vais maintenant vous faire part de mes impressions sur le livre que j’ai reçu.

Qu'est-ce que la littérature new adult ?

Maybe not : un livre représentatif des tendances new adult et new romance

Le livre

Résumé (4ème de couverture)

Quand Bridgette débarque dans la coloc, Warren hésite. Ce pourrait être une expérience excitante de cohabiter avec une jolie brunette… Mais peut-être pas.
Surtout quand cette fille est franchement froide et très têtue. Rapidement, la tension est tellement palpable que ces deux-là ont du mal à rester dans la même pièce. Mais Warren a une théorie : quand on est capable de tant de haine, on peut facilement transformer ces sentiments en passion. Et il a bien l’intention de la tester sur Bridgette. Réussira- t-il à réchauffer son cœur et lui apprendre à aimer ?
Peut-être. Mais peut-être pas…

A noter que Maybe Not est le spin-off de Maybe Someday du même auteur. Je n’ai pas eu l’occasion de lire ce livre, mais il avait remporté un immense succès à sa sortie.

Mon avis sur Maybe not

Un livre de new romance

Maybe Not est décrit comme une « new romance », c’est-à-dire un livre de romance destiné aux jeunes femmes de 18-30 ans.  La New romance est un genre littéraire léger qui ne s’adresse pas au public qui recherche de la grande littérature, c’est une lecture rapide, une lecture plaisir. Ah et, petit détail que je n’ai découvert qu’à la lecture de ce livre : qui dit new romance dit… passages érotiques !!

De ce point de vue-là, on en a pour son argent dans le livre. Les scènes de sexe sont nombreuses et copieusement décrites. Pourtant, rien de trop explicite non plus, ça m’a un peu fait penser aux scènes intimes que l’on peut voir dans les films hollywoodiens : les acteurs donnent l’impression d’y aller à fond mais on ne « voit rien » de très compromettant à l’écran.

Les caractéristiques du genre New adult

Ce genre littéraire met en scène des personnages entre 18 et 30 ans, dont l’histoire reflète le passage à l’âge adulte et les préoccupations des jeunes adultes. Ici, les personnages ont la petite vingtaine. Leurs préoccupations… bah, à part s’envoyer en l’air, je vois pas. Il est fait mention ça et là d’études et de « jobs », mais c’est complètement anecdotique. La relation amoureuse est le sujet central, le reste passe à la trappe, ce qui est dommage car ce manque de profondeur des personnages m’a un peu laissée sur ma faim. Idem au niveau de la psyché : l’auteur fait dans l’économie de vocabulaire. Bridgette est « méchante » : ce mot est utilisé à de très nombreuses reprises tout au long du livre, mais résume assez mal les différentes facettes de son tempérament. Elle est pourtant agressive, impétueuse, versatile, colérique, emportée, ambiguë, vicieuse…*
Warren, le narrateur, est plus lisse, moins intéressant donc. Mais cela ne l’empêche pas d’être narcissique, macho, indépendant, calculateur, puéril…*

*Colleen, si, à la recherche de nouveaux mots pour ton prochain bouquin, tu tombes sur ces listes… Surtout, je t’en prie, be my guest!

Maybe someday et maybe not : critique

L’opus précédent : Maybe someday

Idem pour les personnages secondaires, qui ne sont que survolés. Mais ce livre est un spin-off et apparemment les personnages secondaires ont largement été évoqués dans le livre précédent, ce qui explique probablement cette superficialité.

Des personnages détestables mais…

Par ailleurs, j’avais lu que les livres de Colleen Hoover étaient pleins d’humour, pourtant, je n’en ai pas trouvé trace dans ce livre… à part les blagues potaches que se font les colocataires. Je ne pense pas avoir ri à la lecture du livre, par contre je suis certaine d’avoir beaucoup levé les yeux au ciel. Le duo amoureux du livre est particulièrement exaspérant. Les deux personnages sont tellement détestables que je me suis demandé si c’était fait exprès. Mais comme ils le sont chacun de manière complémentaire, au final, ils sont assez bien assortis en tant que couple !

Bref, je ne me suis pas identifiée du tout aux personnages de ce livre. Pour autant, je ne pense pas que ce soit une question d’âge. Je crois pouvoir dire que même avec 10 ans de moins, je ne me serais pas reconnue en Warren, porno-addict qui ne pense qu’à s’envoyer en l’air, ni en Bridgette, l’agressive-impulsive qui parade nue devant ses colocataires.

…un roman léger et agréable

Malgré ces différentes critiques, j’ai apprécié la lecture de ce livre. Je l’ai lu jusqu’au bout, car j’avais envie de savoir la suite. Même s’il est cousu de fil blanc, ce va-et-vient amoureux a quelque chose de divertissant. Le livre se lit très rapidement, en même temps, il ne compte que 137 pages ! Maintenant, je lirais bien Maybe someday, dont ce livre est le spin-off, pour avoir toute l’histoire et en savoir plus sur les personnages !

Ce bouquin m’a fait l’effet d’une série TV que je suivrais avec plaisir un dimanche après-midi… On y trouve l’élément colocation, qui fait très Friends ou New girl… mais avec un petit côté trash-voyeuriste à la Loft story. Notez d’ailleurs que c’est très « new adult », comme thématique, la colocation : j’en avais même parlé ici. Et puis il y a la romance en elle-même : on n’est pas au niveau des Hauts de Hurlevent, certes, mais le je-t’aime-moi-non-plus équivaudrait bien à un bon petit Vampire Diaries.

Pour finir, je recommanderais donc ce livre à qui aurait envie d’une lecture rapide, pas prise de tête et divertissante. Pour un moment de détente estival, peut-être ?

Commander le livre Maybe not sur Amazon (lien affilié)

 

Et vous, avez-vous déjà tenté les genres new romance ou new adult ?

13 Commentaires

  1. Je suis tout à fait d’accord, moi aussi, de temps en temps, j’aime lire ce genre de romans. Comme tu as dit c’est très léger et n’a pas forcement une profondeur et une magie d’écriture extrême. Mais parfois pour déstresser c’est ce qu’il y a de mieux, même si je préférerai toujours des drames sensibles 🙂
    P.S : tout le monde aime les passages érotiques 🙂

    • Oui je suis d’accord avec toi, quand c’est aussi simple et léger, ça permet de déstresser, de fuir le quotidien…

          • Parce que je t’avoue que j’ai lue les 50 nuances, et au bout de quelque temps ça commençait vraiment à bien lasser, en tout cas ce n’est que mon opinion. Et fait il y avait des scènes érotiques toutes les 3 pages et on s’y attendait avec de la lassitude

          • Il faut dire que Maybe not ne fait que 137 pages, c’est pas un pavé comme 50 nuances, donc j’ai pas eu le temps de me lasser ^^

          • En plus pour 50 nuances il y a 3 tomes 🙂 si un jour tu voudras le lire, prépares toi mentalement.

    • Je suis pas sûre… La chick lit c’est girly, souvent ce sont des thèmes « entre copines »… Je suis pas sûre que ce soit aussi souvent le cas dans la littérature New adult… Bon après, on est d’accord je crois : c’est un peu ridicule toutes ces sous-catégories !

  2. hello, non je n’ai pas encore lu ce genre de livre genre new adult. Moi les livres c’est par vagues. J’en lis pendant un moment puis plus rien. J’ai acheté il y a quelques semaines plusieurs livres , je vais commencer à lire le premier.
    C’est un peu 50 shades dans la même gamme. Tu joues le cobaye!!

    • Il me semble que 50 shades (que je n’ai pas lu) entre dans la catégorie « New romance ».
      Moi aussi la lecture, depuis que j’ai repris, c’est par vagues. En fait, j’adore lire et puis j’oublie de le faire, alors j’arrête… jusqu’à ce que ça me reprenne !

  3. Superbe article ! Je suis assez d’accord avec la conclusion, ce genre de livre passe plus comme une petite douceur à faire durée plus que 4o min de série …
    Love !
    Jone

Laisser un commentaire