Chic j'ai 30 ans !, Du mythe à la réalité, Maternité
39 commentaires

Être enceinte à 30 ans

Katherine Heigl avec un test de grossessedans En cloque mode d'emploi

Quand on tombe enceinte à 30 ans (ou presque), tout le monde nous parle d’une « grande aventure ». C’est le début d’une « belle histoire », d’une « nouvelle page » dans sa vie. Bref, on nous balance tout un tas d’expressions galvaudées… destinées à décrire une expérience pourtant unique et individuelle.

Doit-on obligatoirement se poser la question de la maternité quand on arrive à l’âge de 30 ans (ou presque) ?  Non, pas forcément. Par contre, la plupart du temps, c’est notre entourage qui se charge de nous la poser. Avec quelle légitimité ?

L’un des grands principes du féminisme est que les femmes doivent pouvoir disposer librement de leur corps. Sur ce blog, qui n’a pas spécialement vocation à défendre la cause féministe, je vais plus loin en clamant haut et fort que chacun, quel qu’il soit et quel que soit son âge, doit pouvoir faire de sa vie ce que bon lui semble.

Avoir un enfant avant 30 ans n’est donc pas une obligation. D’ailleurs, avoir un enfant tout court n’est pas une obligation non plus. C’est un choix, que chacune est libre de faire.

Il y a quelques mois, j’ai écrit un article sur la pression que subissaient les jeunes femmes de 30 ans (ou presque) concernant la maternité. Une pression émotionnelle malsaine et que rien ne peut justifier. Certaines se sentent l’âme d’une mère très tôt, d’autres jamais. Et c’est comme ça.

Pour ma part, j’appartenais plutôt à la deuxième catégorie. Pourtant, je me suis toujours dit que si je ne sautais jamais le pas j’aurais peut-être un jour le sentiment d’être passée à côté de quelque chose… Et puis il y a quelques mois j’ai eu le déclic, je me suis dit « pourquoi pas maintenant ? »… et me voilà enceinte de 4 mois.

Depuis l’annonce de ma grossesse, le regard des autres à changé. Pourtant, je suis restée la même. Tout au plus ai-je fait quelques aménagements dans mon mode de vie…

Katherine Heigl dans En cloque mode d'emploi

Le début d’une « belle aventure »

Moi version enceinte

Désormais, que ce soit dans le regard des autres ou dans la réalité, je suis :

Une personne « normale »

Grâce à ma grossesse, je rentre (enfin) dans le moule de la normalité telle que la société l’envisage. Je ne suis plus le monstre d’égoïsme que l’on soupçonnait auparavant d’avoir « un problème », ou pire, de ne pas aimer les enfants. Je prouve par là que je ne suis ni détraquée physiquement, ni moralement.
La planète entière pousse un grand « ouf » de soulagement.

Une femme

Jessica Rabbit enceinte

Moi version « femme »

Je pensais déjà en être une avant. Mais non, apparemment, je n’étais qu’une petite bécasse qui ne connaissait rien à la vie (ah ?). Car il faut bien avoir en tête que dans l’esprit de la plupart des gens la maternité représente l’accomplissement d’une vie de femme. D’ailleurs, depuis que j’ai annoncé ma grossesse au bureau, certaines personnes s’amusent à me donner du « Madame », preuve de mon nouveau statut de grande personne. Ha ha ha, très drôle.
Je crois que je n’ai plus qu’à délaisser les enseignes habituelles pour aller faire mon shopping chez Mona-mode.fr. Et peut-être même que je mettrai un collier de perles avec mon futur petit tailleur…

Une petite fille

J’ai toujours aimé m’amuser et faire plaisir à la petite fille qui est en moi, que ce soit en croquant un biscuit à l’heure du goûter, en partant à la chasse aux œufs de Pâques ou en regardant la neige tomber à Noël

Avant, tous ces travers bizarres me faisaient passer pour une originale, dans le meilleur des cas, ou pour une tordue dans le pire. Aujourd’hui, ces charmantes petites manies me font passer pour une future bonne mère, dans le meilleur des cas, ou pour une femme enceinte victime d’un trop plein d’hormones dans le pire.

Une gourmande

Mettons fin aux idées reçues : non, une femme enceinte n’est pas sensée « manger pour deux ». Et encore moins pour trois « au cas où ce seraient des jumeaux », comme me l’a conseillé un gentil monsieur qui devrait se mêler de ses affaires…

Et pourtant, la grossesse est une merveilleuse excuse à la gourmandise. Avant, quand je me faisais plaisir, je passais juste pour la grosse de service (probablement rongée par la culpabilité par la suite). Désormais, quand je me fais plaisir, je suis une future mère saine aux formes plantureuses.

Pourtant, entre les deux, rien n’a changé.

Bilan des courses : aujourd’hui personne ne vient plus me chercher des poux si je reprends un 2ème cookie (bon, soyons honnête : un 3ème cookie).

Un gourmet

Le cuisinier de La Petite sirène

Miam miam !

Je mange bien, mais surtout, je mange mieux. En effet, en dehors de quelques écarts, tel le fameux 3ème cookie (bon, soyons honnête, le 4ème cookie), j’essaie de faire attention à manger équilibré. Mais surtout, j’essaie de mettre des produits de qualité dans mon assiette : un peu de bio, du local, du (pas trop) transformé… Car désormais, ce que je mange n’affecte pas que moi.

À 30 ans (ou presque), il était temps de me préoccuper de ce que je mange !

Une personne en bonne santé

Je fais attention à ce que je mets dans mon assiette mais également à ce que j’étale sur ma peau. Certes, j’avais déjà entendu parler des méchants parabens et autres phtalates… mais je n’avais jamais été creuser pour savoir en quoi ces composés étaient nocifs pour la santé. Pourtant, il y a plein de blogueuses qui traitent de ces sujets ! Je n’avais donc aucune excuse pour ne pas me pencher là-dessus !

Encore une fois, à 30 ans (ou presque), il était largement temps de m’en soucier. Tant que ce n’était que pour moi, je n’y faisais pas attention… alors que maintenant que je sais que cela peut affecter mon bébé, cela me motive à lire les étiquettes et à m’informer.

Une consommatrice éclairée

Je fais attention aux produits que je consomme mais également au prix que je les paye. En effet, qui dit bébé dit explosion du budget ! Donc pour m’équiper avant son arrivée, j’ai rodé ma méthode spéciale économies : je me renseigne sur le produit, le plus souvent en magasin histoire d’avoir une idée précise de ce qui existe et de ce à quoi ça ressemble, puis j’utilise un comparateur de prix en ligne pour trouver mon bonheur au meilleur prix !

Vous allez me dire que ça prend du temps de faire ça. Certes… mais vous savez combien ça coûte une poussette ?

Une princesse

Cendrillon enceinte

Tu m’aides à enlever mes chaussures ?

Désormais, je vis dans un pays merveilleux où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. On se plie en quatre pour me faire plaisir. On m’offre de me reposer avant même que je ne sois fatiguée, on me réserve un siège, on porte ma bouteille d’eau. Mieux encore, cet été, bravant toutes les consignes de sécurité, j’ai même réussi à convaincre un vigile de me laisser entrer au concert de Depeche Mode à Nîmes avec mon brumisateur, alors qu’il faisait à peine 40°c. Ouais, je sais c’est fou… et complètement inconscient de sa part : vous imaginez un peu si j’avais pulvérisé de l’eau sur Dave Gahan ?!?

Une personne publique

Autant c’est génial d’être l’objet de toutes les attentions, autant parfois j’ai l’impression que ma grossesse ne m’appartient pas.

« Quoi, tu bois encore du thé !!!!????? »

Taz le monstre de Tasmanie

Le prochain qui se mêle de mes oignons, il se prend une tarte !

Je déteste m’entendre dire toute la journée ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Même si les conseils de mes amies sont les bienvenus, ceux des collègues qui jusque là ne m’adressaient pas la parole, comment dire, hum, elles peuvent se les mettre là où seule une couche Pampers les verra.

Il n’y a rien qui m’énerve plus que les gens qui croient m’apprendre la vie, ces donneurs de leçons qui s’écoutent parler et jugent solennellement. Rien que d’en parler me fait bondir sur ma chaise comme le diable de Tazmanie.

Et oui, pour tout vous dire, je bois toujours un thé chaque matin.
Pitié, ne me dénoncez pas aux services sociaux.

Une maman

J’ai enfin réussi à entrer dans le club (très) fermé des mamans. Bien sûr, j’ai plein d’amies qui sont mamans et elles n’ont pas cessé d’être mes amies pour autant. Mais désormais, mon statut de femme enceinte me donne accès à un autre niveau d’information. Avant, j’étais considérée comme une simple « sympathisante », un peu comme si quand je parlais enfants avec elles j’avais autour du coup un badge « visiteur ». Mais maintenant je suis membre du club de droit et… à vie. Ce qui m’offre de nombreux privilèges.

En effet, c’est très agréable de faire partie de ce club. Il y existe une solidarité, un esprit de corps que je n’aurais jamais soupçonnés auparavant. Les autres mères sont pleines d’empathie et de sollicitude à mon égard. Avec parfois tout de même une petite pointe de sadisme… « Tu verras, c’est une aventure merveillllllleuse… Par contre, finies les grasses mat’ – hin hin hin hin »

 

Dans cette aventure merveilleuse, il y a donc du positif… mais pas que.

Et comme je vous le disais, même si forcément certaines choses changent autour de moi, moi, je n’ai pas changé. Que celles qui ne sont pas encore mères se rassurent donc, la maternité ne va pas devenir le sujet central de ce blog. Car je sais qu’initialement, vous n’êtes pas là pour ne lire que ça et que moi à votre place, ce n’est pas ce que je voudrais. Je continuerai donc d’évoquer ici tous les sujets qui font la trentaine ! 😉

39 Commentaires

  1. mais quelle bonne nouvelle! Je suis très contente pour toi et aussi très contente parce que cet article tout en étant très joli montre que oui tu n’as pas changé (à un petit détail près quand même) et que ton blog reste fidèle à sa ligne éditoriale!
    pour la peine prend un 5ème cookies, tu le vaux bien 🙂

  2. Tu verras qu’une naissance est qd mm le tournant ds une vie.
    J’ai eu ma fille à 32 ans et je dirais qu’il y a un avant et un après…
    Bonne grossesse & félicitations !

    • Même si cela reste encore très virtuel pour moi je me doute bien que le fait d’avoir un bébé va forcément me changer… Mais ce qui m’étonne c’est que pour l’instant ce n’est pas le cas… et pourtant on me traite déjà différemment !

    • Merci !! J’avoue que c’est la partie la plus agréable : quand tu annonces ta grossesse et que tout le monde se réjouit pour toi 🙂

  3. Comme je te rejoins sur la pression sociale ….
    Je sais que si un jour je suis enceinte, mon entourage va aussi me prendre la tête avec le « enfin ». Bon courage et félicitations 🙂

  4. Encore un superbe article, j’adore te lire ! Surtout lorsque l’on apprend de bonnes nouvelles comme celle-ci !
    Félicitations =D et tout plein de bonheur <3

  5. Félicitations!
    J’ai beau avoir 31 ans, je n’ai toujours pas envie d’avoir d’enfants (je dirais même de moins en moins à vrai dire…). Heureusement, niveau pression sociale, on me fiche (pour l’instant) une paix royale… je pense que les gens qui me connaissent un peu se doutent qu’ils seront mal reçus q’ils me donnent du « alors, et toi, tu t’y mets quand? »

    • Moi je ne voulais rien précipiter, j’avais besoin de prendre le temps de faire certaines choses avant, pour ne pas avoir de regrets par la suite… Ça me paraissait légitime et pourtant certaines personnes ont du mal à comprendre ça !

  6. Pauline says

    Super nouvelle!! Félicitations!! Je ne suis pas encore enceinte mais je me retrouve tout à fait dans ce que tu dis, y compris tes autres notes de blog 🙂

  7. Waow ! N’empêche, Félicitations !!! Une belle nouelle 😉 cet article est si parlant ! Tu me donnes envie d’écrire un autre billet sur la psychologie cachée des remarques (cons) (et chiantes) qu’on te fait avant, pendant, et après la grossesse 😉
    Encore toutes mes félicitations 😉

    • Merci !! J’avoue que j’espérais un petit commentaire de ta part sur ce billet… Pourquoi ? Et bien parce que en étant maman de 2 bambins et en réussissant malgré cela à tenir un blog… tu es un peu un modèle pour moi 😉
      Sinon moi aussi en fait j’aurais plein de trucs à raconter sur la grossesse… J’ai même songé un instant à lancer un blog uniquement là-dessus… Mais je ne veux pas m’engager dans quelque chose que je ne pourrai pas tenir plus d’une semaine ! Les journées passent trop vite…
      En tous cas j’espère que tu vas écrire ton article là-dessus 🙂

  8. Avec un peu de retard…
    Félicitations Claire pour cette nouvelle aventure !
    Plein de belles choses pour toi et le bébé ! En espérant qu’on aura encore droit à des articles drôles avec l’arrivée de bébé 😉 Bises

    • Il n’est jamais trop tard pour un ptit mot gentil 🙂
      Mais je sais pas pourquoi quand j’ai lu « En espérant qu’on aura encore droit à des articles drôles avec l’arrivée de bébé », j’ai tout de suite pensé aux pires choses que mon enfant allait probablement me faire subir un jour… J’espère qu’effectivement j’arriverai à en rire…!

  9. Armelle says

    Super article,
    Quelle pression sociale en effet…
    Les gens (pas tous mais beaucoup) pensent que la grossesse est une fin en soi, c’est la normalité.
    Pour ma part, nous essayons depuis plus d’un an en vain. Mais je sais que c’est psychologique en partie, parce que je le fais pour plaire à la société, ma famille, mon entourage.
    Et comme tout au fond de moi je n’ai peut-être pas super envie, et bien ça ne vient pas.
    J’espère que les mentalités finiront par changer et que les femmes ne se sentiront plus obligées de faire des enfants.
    Bises

    • Pour ma part je suis contente d’avoir attendu d’en avoir (vraiment) envie… C’est pas quelque chose dans lequel j’aurais voulu m’embarquer sans me sentir 100% impliquée et prête…

    • Merci 🙂
      Et oui, sur ce thème comme sur bien d’autres choses, j’ai tendance à penser que les gens devraient plutôt s’occuper de leurs oignons !!! :p

      • Oui, tu as bien raison : « Mais de quoi je mêle ?! »

        Merci en tout cas de ton like, je suis toute nouvelle dans le monde du blog, j’ai osé sauté le pas ! Ca me fait plaisir d’avoir une experte comme toi qui a liké ! Pas facile dans les débuts j’imagine ….

  10. Amel says

    Je suis contente de lire la phrase suivante : « Avoir un enfant avant 30 ans n’est donc pas une obligation ». On ne cesse de me demander quand j’aurais mon premier enfant vu mon âge, mais personnellement, je ne me sens pas encore prête pour être mère. Je pense que c’est cela le plus important, ça et le fait de trouver le bon père.

  11. Ca faisait longtemps que je n’avais pas regardé ce qui se passe sur la blogosphère et là paf, super nouvelle 🙂 Il me tarde de t’entendre raconter tes nouvelles aventures, je sens qu’on va bien rigoler 😉 ! Bises ! Emilie

    • Coucou ! Cela me fait très plaisir que tu repasses par là ! Effectivement, tu as loupé quelques petits trucs… car mon fils va avoir un an à la fin du mois 😉 Effectivement, ça a été une sacrée « Aventure »… A retrouver dans cette rubrique !

Laisser un commentaire