Les 100 trucs à faire avant d'avoir 30 ans
3 commentaires

Vivre à l’étranger

Bienvenue en angleterre

Hey, what’s up guys? Une chose n’est pas coutume, aujourd’hui, j’ai décidé de vous faire voyager. Je vais vous emmener dans une contrée far, far away… Ah non en fait, pas si far away que ça. Je vais vous emmener en Angleterre.

En effet, sur la liste des choses à faire avant d’avoir 30 ans, il me semble indispensable d’ajouter « vivre à l’étranger ». Vivre dans un autre pays… ou tout du moins y passer une période assez longue pour avoir le temps de se familiariser avec les us et coutumes des locaux. Partir, même dans un pays situé à proximité de son pays d’origine, est extrêmement formateur et enrichissant.

En ce qui me concerne, j’ai eu l’occasion de partir en Erasmus dans le cadre de ma licence lorsque j’avais 21 ans. L’idée était de pouvoir étudier pendant un semestre dans une université étrangère. Ces 6 mois passés à l’étranger ont été très intenses et m’ont permis de me révéler en tant que jeune adulte.

Doc Martin's union jack, double symbole de l'Angleterre

These boots are made for walking

 

Le choix de la destination

Faites selon vos goûts, selon la langue que vous souhaitez apprendre, voire les personnes que vous connaissez sur place… car oui, cela peut aider d’avoir un point d’ancrage ! Ce n’était pas mon cas et je me suis donc jetée à l’eau sans filet.

Dans le cadre de mon départ en Erasmus, j’avais je choix entre une poignée de destinations pourries. J’ai choisi le seul pays anglophone du lot : l’Angleterre.

Yay, London, here I come! It’s London Baby!

Sauf que non, Londres ne faisait pas partie des destinations proposées, je n’ai donc pas atterri à Londres… mais à Nottingham. Oui, la fameuse patrie de Robin des bois. Et puis de… ah non, c’est tout. Depuis le Moyen-Age, il ne s’est virtuellement rien passé à Nottingham. C’est désormais une ville paisible de 300 000 habitants, nichée au milieu de nulle part au cœur de la verdure, en plein centre de l’Angleterre.

Joey avec son chapeau Union Jack en Angleterre

It’s (not) London Baby!

A l’époque de mon départ, j’étais jeune et… naïve. Je le suis encore désormais, mais un peu moins. Cette expatriation a été l’occasion pour moi de me confronter à un certain nombre d’idées reçues que j’avais jusque là et de prendre quelques leçons d’indépendance et de responsabilité.

Ce que j’en retiens surtout, c’est qu’à chaque fois que je me heurte à une difficulté, que je me sens désespérée et désemparée, je me rappelle du moment où j’ai débarqué de l’avion dans cette ville inconnue, traînant avec moi ma grosse valise, face au challenge de trouver un logement et de m’adapter pour survivre seule dans ce milieu hostile dont je ne maîtrisais pas la langue (ouais c’était un peu Koh Lanta mais avec un accent british à couper à la machette). Quand je repense à ça, je me dis que si j’ai réussi à me débrouiller à ce moment-là, alors je suis capable de me sortir de n’importe quelle situation et ça me donne le courage nécessaire pour tout affronter !

Au final, j’ai adoré l’Angleterre ! La culture anglaise (ouiiii !), la bouffe anglaise (si, si), le temps anglais (je vous assure !), les anglais (et ouais !)… J’ai même rapidement été conquise par Nottingham, qui est une ville très accueillante et agréable.

Et puis être revenue bilingue ne gâche rien 🙂

 

Shopping et balades en Angleterre

Cela me laisse le souvenir d’une période très libre et agréable. Il faut dire qu’en France j’avais 38h de cours par semaine et l’équivalent en Angleterre pour une licence était de… 6h par semaine. J’ai ainsi pu faire beaucoup de balades et du shopping. J’ai découvert des marques telles que New Look, Burger King, Boots (la marque étant originaire de Nottingham !), Marks & Spenser ou encore River Island.

Et vous, ça vous dirait de vivre à l’étranger ?

3 Commentaires

Laisser un commentaire