Maternité, Suis-je trop vieille pour… ?
8 commentaires

Suis-je trop vieille pour faire un régime ?

Faire un régime à 30 ans

Tout ça, c’est la faute de Kate. Non, non, pas Kate Moss. Forcément, quand un article parle de régime dès son titre, tout le monde a tendance à penser à la brindille. Mais non, ici je ne vais pas vous parler de mannequins taille 34, tout comme je ne vais pas vous parler de régime miracle qui ferait perdre 20 kilos en 10 jours.

Oups, ça y est, je viens de perdre la moitié de mon lectorat.
Bon, pour celles qui sont restées malgré tout (merci !), je reprends.

Tout ça, c’est la faute de Kate Middleton. En effet, il y a quelques temps, alors je je reluquais des photos de la duchesse de Cambridge dans un magazine peu respectable – à ma décharge, j’étais chez le coiffeur – je me suis fait la réflexion qu’elle était quand même particulièrement mince, un an à peine après avoir pondu son 1er rejeton. Dix jours plus tard, j’ai appris qu’en plus, elle était de nouveau enceinte. Comme ça. Avant que j’aie eu le temps de dire « ouf ». Et surtout, avant que j’aie eu le temps de me pencher sur la question des kilos à perdre suite à ma propre grossesse.

C’est à cet instant-là que j’ai réalisé que je n’étais pas wonder woman une princesse… Et que si je voulais perdre les kilos accumulés pendant ma grossesse (et hum… ces dernières années), j’allais avoir besoin de beaucoup de courage.

C’est là qu’il est apparu. Le mot tabou, celui qui nous fait toutes trembler dans nos soquettes et surtout dans nos maillots de bain. Le mot que l’on ne veut pas entendre et encore moins prononcer, pire que « Voldemort » et « Candyman » réunis… J’ai décidé de faire… un régime.

Je veux maigrir pour ne plus ressembler à un hippopotame (en tutu ?)

Moi avant mon régime

Faire un régime à 30 ans (ou presque)

Mamie m’avait prévenue. Pendant toute mon adolescence, elle m’a dit : « tu devrais faire attention à ce que tu manges, plus tard, quand tu seras plus grande, ce sera beaucoup plus difficile de perdre du poids ». Et de conclure, dans toute sa sagesse et ses contradictions : « allez, finis ton gâteau, c’est ton préféré, je l’ai fait pour toi ».

Moi, j’ai la tête en bois et l’appétit généreux ; je suis gourmande, je n’ai pas écouté. Et puis, bon ben voilà, les kilos se sont accumulés au fil des années comme des petits pains (disons même des brioches).

Je ne veux pas faire de régime. Parce que rien que d’y penser, ça me donne faim. Et puis c’est dégueu, la bouffe de régime (c’est bien connu). La mixture verte dont se nourrit ma collègue anorexique le midi ne me fait pas du tout envie. Je préfère manger ma salade de pâtes ou un sandwich, si j’en ai envie. J’aime ce qui est bon. Au goût surtout, pas forcément pour la ligne. Mais c’est vrai que même si je sais que je ne ressemblerai jamais à Kate ou à Gisèle, j’aimerais bien rentrer à nouveau dans mes vêtements d’avant-grossesse.

Pourtant c’est vrai que passé un certain âge, peut-être après la vingtaine, peut-être vers 30 ans… cela devient peut-être plus difficile de mincir. Le corps a pris ses marques, n’a pas envie de changer. Bon, et si, avant même de renoncer, je me donnais une chance d’essayer ?

Un chef étoilé dans ma cuisine

Tout ça, c’est la faute de Victoria. Mais non, voyons, pas la reine Victoria ! Victoria, la Spice girl.

C’est la faute de Victoria parce qu’elle est riche, célèbre et donc maigre. Notez le « et donc » dans la phrase. En fait je me suis toujours dit que c’était facile pour les gens riches et célèbres d’être minces, parce qu’ils sont, comme Victoria, entourés de coachs sportifs, de gourous « bien-être », mais surtout, surtout, ils ont un chef cuisinier (ou plusieurs !) qui leurs concoctent des plats aussi délicieux qu’équilibrés. Pfff, dans ces conditions là, moi aussi je pourrais être riche et célèbre mince.

Quand je serai millionnaire, ce sera probablement la 1ère chose que je me paierai. Juste après mes penthouses à NY, Paris, Londres et Dublin et le jet privé qui ira avec. Bon, le problème c’est que je ne serai jamais riche.

Heureusement, j’ai eu la chance que Kitchendiet me propose de tester leur programme minceur pendant 8 jours. C’était le coup de pouce que j’attendais !

Je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais, que j’allais tester leur programme avec sérieux. Attention, ils insistent bien sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un « régime », c’est marqué partout sur les emballages : « vous ne faites pas un régime ». À croire que le mot leur fait peur à eux aussi. Sur leur site on parle d’équilibre, de minceur, de réduction de l’apport calorique… on tourne autour du pot, à tel point qu’on se croirait un peu dans Pyramide. Mais au fait, le « diet » dans votre nom, ça veut dire quoi déjà ?

Mais il faut reconnaître que la promesse est alléchante, de même que la composition des plats : on vous propose de vous livrer à domicile des plats frais mitonnés par un chef 2 étoiles au Michelin ! Et en plus, pour les gens qui comme moi ont tendance à se laisser tenter facilement, le petit déjeuner et le goûter – dont je ne peux pas me passer – font également partie de la livraison. Il ne reste qu’à se préparer en complément 1 repas « léger » par jour.

Bref, mon rêve d’avoir un chef qui me mitonne chaque jour des plats aussi savoureux qu’équilibrés est un peu devenu réalité. Pendant 8 jours. Dans des barquettes en plastique micro-ondable.

Moi version 2.0 (Kate Moss mais en mieux)

Et bien laissez moi vous dire que pendant ces 8 jours, je me suis régalée. Les plats étaient créatifs (« velouté de butternut et ses St Jacques au lait de coco »,
« gambas et son dhal de lentilles corail et aubergines au curry jaune », « filet de poulet et son écrasé de potimarron aux brisures de châtaignes »…), délicieux et assez copieux pour que la sensation de faim que je redoutais tant ne se fasse pas sentir.

Bon par contre, je sais bien quelle question vous vous posez… et bien au final, oui, j’ai perdu du poids ! Mais… quelques centaines de grammes, tout au plus. Autant dire, une perte insignifiante. Je pense que si j’avais suivi le programme pendant plusieurs mois, peut-être 6 ou 7, alors là oui, ça aurait pu faire une différence. Mais ça aurait aussi achevé de vider mon compte en banque, car malgré sa qualité, ce service coûte assez cher et je ne pourrai pas me l’offrir pendant une si longue durée.

Bilan sur mon expérience de régime

Même si je ne suis pas devenue Kate en 8 jours (Moss, Middleton, celle que vous voulez… même Winslet, je prends), au moins, pendant 8 jours, je me suis régalée et je n’ai pas grossi. Oui, je suis d’humeur optimiste, je préfère voir le verre de milk-shake à moitié plein. Mon objectif était de rentrer dans mes vêtements pré-grossesse. Et bien je me suis racheté d’autres vêtements.

J'ai maigri (ou presque) à plus de 30 ans

Moi après mon régime

Par contre, le fait de suivre le programme de Kitchendiet a quand même eu des bénéfices insoupçonnés : comme je l’ai suivi à la lettre j’ai pris conscience du nombre d’écarts que je faisais auparavant dans ma journée. En effet, je me rends compte que je mange correctement mais que je m’accorde à côté des « petits plaisirs ». Une attitude plutôt saine, quand on y pense. Sauf que ces « petits plaisirs » reviennent tous les jours. Plusieurs fois par jour. Aïe.

Bref, ça m’a permis de corriger le tir sur certains trucs, comme me limiter à 2 carrés de chocolat par jour. (Ou presque)
Et pour ce qui est du reste… Carpe Diem.

 

Message perso

J’en profite pour lancer un appel :

Si tu es ou a été chef au Plaza Athénée, au Ritz, à la Tour d’argent ou dans un restaurant étoilé au Michelin* et que tu es mobile sur Nantes/Nantes-Ouest, ma cuisine t’es gracieusement ouverte si tu veux t’entraîner. Envoie-moi CV + lettre de motivation + dossier illustré avec des photos de tes créations. A bientôt !
*(par contre en dessous de 2 étoiles, je ne prends pas… faut pas déconner non plus, c’est pas les restaus du cœur ici !)

PS : Demain, je me mets au sport. Ou le jour d’après.

8 Commentaires

Laisser un commentaire