Les signes de l'âge
18 commentaires

L’été : révélateur de vieillesse intérieure

La plage à 30 ans (ou presque)

Quand on a 30 ans (ou presque) on ne se sent pas si différent de quand on avait 20 ans. Pourtant, entre les deux, le temps a passé. Et s’il y a bien un moment où l’on s’aperçoit du poids des années, c’est l’été.

Le reste de l’année on peut donner le change, voire même se comporter comme une gamine occasionnellement pour compenser… mais quand on regarde la manière dont on passe la période estivale, on s’aperçoit qu’entre les deux dizaines, un certain nombre de choses ont changé. L’été ferait-il vieillir ?

Bronzer à 30 ans

Attention au bronzage passoire !

 

L’été quand on a 30 ans

 

Les vacances 

A 20 ans : plan A : entre amis
plan B : en famille (« j’avais besoin de me ressourcer »)

A 30 ans : plan A : en amoureux
plan B : en solo (« j’avais besoin de me retrouver »)

 

Le bon spot

A 20 ans : on part en vacances à la mer. De préférence dans un endroit bondé de monde (Ibiza, Biarritz, Barcelone…) pour faire des rencontres.

A 30 ans : on fait du tourisme vert. De préférence dans un endroit paumé où il n’y a personne (Cantal, Lozère…) pour être peinard.

 

La mer

A 20 ans : quand on rentre dans l’eau, la règle est de faire un maximum de bruit et d’éclaboussures. Sinon, c’est pas drôle.

A 30 ans : la mer, on la laisse aux plus jeunes.
Les rares fois où l’on décide d’y aventurer un orteil (suite à un pari sans doute ?) on pousse des petits cris de belette une fois au contact de l’eau. On fait alors demi-tour dans la seconde pour retourner prestement sur notre serviette de plage en lançant un « pfff, je préfère l’océan de toutes façons » dans une tentative désespérée pour conserver notre dignité.

 

Ciara déguisée en vampire

Un bon exemple de tenue anti-UV

Le soleil

A 20 ans : pour ne pas cramer, on évite de s’exposer entre 12h30 et 14h.

A 30 ans : pour ne pas cramer, on évite de s’exposer entre 9h et 18h30.
On vit donc essentiellement la nuit, comme les vampires.

 

La crème solaire

A 20 ans : on dépose une noisette sur le bout de notre nez du 1er truc qui nous passe par la main (spray bleuté du petit cousin, crème Nivea, surf wax,  mayo…). Et encore, on oublie souvent…

A 30 ans : on se tartine consciencieusement et copieusement de LA crème que l’on a mis 3h à choisir en parapharmacie et qui devrait normalement présenter un compromis optimal entre protection et bronzage.
En bon petit soldat, on suit les recommandations du ministère de la santé et on se re-tartine re-consciencieusement et re-copieusement toutes les 45 min (et pas 46, hein, sinon on choppe le cancer direct).
Bilan des courses : le tube de chère crème acheté 40 euros les 30 ml nous dure 2 jours (et pas la moindre trace de bronzage en vue).
Fait insolite : l’indice UV de la protection solaire utilisée semble augmenter proportionnellement avec l’âge (indice 30 à 30 ans… indice 40 à 40 ans ?…)

 

textile estival

L’été, sortez couverte ?

Le look

A 20 ans : lunettes de soleil et bikini fluo, c’est fun !

A 30 ans : lunettes de soleil griffées et bikini doré, c’est fun !
Enfin, en théorie, parce que sous le chapeau, la fouta, le paréo et la couche de crème solaire intégrale de 1,5 cm d’épaisseur, le rendu n’est plus tout à fait le même.

 

Le bronzage

A 20 ans : dès les premiers rayons de soleil, on vire caramel (ou rouge, selon son type de peau).

A 30 ans : sur la plage, on se tortille tellement dans tous les sens pour ne pas avoir de marques de maillot qu’on en oublie de prendre du plaisir.
Et au final, de toutes façons, les marques seront bien là, les traîtresses, où on ne les attendait pas (lunettes, tongs…)

 

Le coup de soleil

A 20 ans : on ne se protège pas et résultat on attrape un petit coup de soleil qui nous fait peler. Cette mue de 24h a un effet inattendu : on en ressort tel le phœnix encore plus belle qu’avant, avec la peau glowy de Diane Kruger.

A 30 ans : malgré notre protection solaire de choc on finit forcément par attraper un coup de soleil. C’est pas de bol. Résultat : on ressemble à Freddy Krueger pendant les 10 jours qui suivent et quand enfin notre peau commence à repousser péniblement, on constate qu’elle a éliminé toute trace de bronzage.

 

Lady gaga et son chapeau tatayoyo

Question chapeau, pensez Gisèle Bundchen plutôt que Tatayoyo

L’apéro

A 20 ans : dès 23h on attaque les shots avant d’enchaîner sur les cocktails multicolores

A 30 ans : dès 18h on sort le blanc et le rosé du frigo et on attaque l’apéro

 

L’apéro (suite)

A 20 ans : 1-2-3 mojitos… et vous enflammez la piste de danse jusqu’à l’aube !

A 30 ans : 1-2-3 verres de rosé-pamplemousse… et vous ronflez comme un gros bébé sur votre canapé !

 

Vous voulez une petite dose de soleil supplémentaire ? Alors découvrez :
Les 10 signes qui montrent que j’ai 30 ans (ou presque) – Summer edition
Les 10 signes qui montrent que j’ai beaucoup plus de 30 ans (ou presque) – Summer edition
Les 10 signes qui montrent que je ne suis pas prête à avoir 30 ans – Summer edition

 

Et pour vous, qu’est-ce qui a changé dans vos étés ?

18 Commentaires

  1. Pour moi :

    à 20 ans, on part à la plage avec une serviette, des clopes, 10 balles, on y reste 8h ou plus, on s’éclate.

    à 30 ans, le mur des lamentations dans le sac de plage. ON lit, on se baigne on discute, on y reste péniblement 2h et … son s’emmerde !

    J’ai réalisé ça l’an dernier, l’été de mes 29 ans, donc et là ça se confirme 🙁

  2. C’est tout à fait ça. Mais effectivement, ce n’est pas plus mal. Je m’efforce de temps en temps à courir pour entrer dans l’eau mais….ce n’est plus le même entrain qu’il y a 8-9 ans…

  3. J’adore ! Je m’approche plus des 30 que des 20 et j’avoue que le temps passé dans l’eau se rétrécie dangereusement … A la limite, j’y mets les pieds pour jouer aux raquettes avec la petite cousine (pour que le BG là bas, il me voit revenir à ma serviette, au cas où il voudrait m’inviter à boire un rosé pamplemousse, on ne sait jamais…) ! A la limite.

    • Oui car à 30 ans on le joue stratégique : on mise plus sur la qualité que la quantité, même en matière de baignade 😉

  4. Alala, c’est trop ça !!! Ca fait peur, je me demande ce que ça sera à 40 ans ^^ ! En attendant, ce qui me fait flipper avec ton article, c’est que cette année j’ai acheté de la crème indice 50 !!! Et que je n’ai « que » 28 ans… lol

    • Cette année tu as honte, dans 5 ans tu ne pourras plus t’en passer et dans 15… tu seras bien contente d’avoir pris les devants !

  5. Drella says

    plan apéro à la 20 ans si le son est à la hauteur et que l’ambiance est sympa et non composée de pouffes qui évaluent l’age des voisines et plan je planque et je fuis por ce qui est du soleil. Je suis devenue allergique à la plage depuis mes 19 ans et je n’ai jamais porté de short depuis 😀

  6. Drella says

    en fait hormis les sorties concerts entre potes, je passe l’été enfermée chez moi et en sors que couverte de la tete aux pieds en étant chaque fois surprise d’un nombre de femmes qui osent se déballer en étant dans un état infiniment plus avancé que le mien :D, ce n’est pas pour ça que j’ai l’intention de les imiter, je revois une photo de moi en palazzo, bustier à fines bretelles et – omg – sandales, mais où avais je la tete) j’en frémis encore, trop carrée trop maman trop tout ce que je ne veux pas etre, depuis j’ai balancé les frusques en question et ne sors qu’en version estivale de mes tenues d’hiver – legging maxi tunique boots écharpe – ou en robe grecque à manches kimono portée avec des baskets :p, j’ai encore une peau normale mais comme elle est claire le soleil me l’a flinguée et je planque dès avril mes avant bras couverts de sales taches.

Laisser un commentaire