Articles comportant le mot-clef : défi

10 raisons de donner son sang

Défi : donner son sang

J’ai toujours eu la phobie des aiguilles. Le fait que je sois « difficile à piquer », avec mes petites veines qui roulent, n’arrange rien à la chose. C’est pendant ma grossesse, il y a 3 ans, que j’ai pourtant pris la décision de donner mon sang, une fois que j’aurais accouché.  En effet, c’est dans cette période de fragilité que j’ai pris conscience de la chance que j’avais d’être en bonne santé. Lors d’une des prises de sang mensuelles, j’ai réalisé que, faite avec application, la petite piqûre de l’aiguille n’était pas insurmontable. C’est donc devenu un véritable objectif pour moi, à tel point que je l’ai inclus dans ma bucket list et que je vous conseille aujourd’hui de l’ajouter à votre liste des choses à faire avant d’avoir 30 ans, si vous en avez une. Et parce que donner son sang comporte des avantages méconnus, j’ai décidé de vous dresser la liste des (plus ou moins bonnes) raisons de passer à l’acte !

Faire sa bucket list à 30 ans

La suite de ma bucket list

La curiosité est un puissant moteur dans la vie. Faire des découvertes, aller vers la nouveauté, casser la routine : c’est ce qui pimente notre existence. Il faut dire que la vie est faite de tentations, d’envies, de projets. Vous savez, toutes ces choses dont on dit « ça, j’aimerais le faire / le tester/ le goûter un jour… ». Une Bucket list sert à recenser toutes ces envies : c’est une liste de choses que l’on souhaite réaliser avant la fin de sa vie. Je vous en avais parlé il y a quelques mois et vous avais dit à l’époque que je trouvais cela sain de se fixer ces objectifs : cela permet de savoir ce que l’on veut vraiment faire et de mettre en oeuvre des solutions pour y parvenir. Quand j’ai fait ma bucket list il y a un an, je ne pensais pas qu’elle serait définitive, bien sûr… Mais je n’aurais pas cru qu’à peine quelques mois plus tard j’aurais déjà envie de l’enrichir ! Et pourtant c’est le cas et au final, cela me semble naturel : à mesure que l’on avance dans la vie, il …

Tu veux ma photo ?

J’assume… mes contradictions

Je me suis rendue compte récemment qu’en évoquant régulièrement des sujets tels que la jeunesse, la maturité, le fait de vieillir, ou encore de grandir, ce blog ressemblait de plus en plus à une tentative de définition de ce que c’est qu’être adulte. Alors je me suis posé cette question : qu’est-ce qui fait que l’on est adulte ? Sur le coup, je n’ai pas trouvé de réponse. Mais je vais continuer à y réfléchir, promis. Et puis une idée a germé dans mon esprit… et si être adulte c’était tout simplement être capable d’assumer ? Assumer ses choix, même s’ils sont à contre-courant de ceux delà plupart des gens, s’assumer soi-même, tel que l’on est, même si ça ne plaît pas à tout le monde. Il est plus simple de se laisser emporter par le flot, plus difficile de se battre pour imposer ses idées. Mais moi, j’assume ma fantaisie et surtout, mes contradictions. J’assume mes envies, mes interdits. J’assume ma ringardise, le fait que je ne serai jamais cool ou à la mode. Bref, j’assume.

Changer de job à 30 ans

Changer d’emploi à 30 ans (ou presque)

Alleluiah, je change d’emploi ! Il y a quelques semaines, j’ai décroché un nouveau job et je m’apprête à débuter dès la semaine prochaine. Ce nouvel emploi vient mettre un terme à une longue période au cours de laquelle j’ai jonglé entre un boulot qui me plaisait de moins en moins et une recherche d’emploi chronophage. Entamée il y a de nombreuses années (je vous en parlais déjà ici il y a 3 ans), cette démarche m’a même amenée à reprendre des études alors que je croyais en avoir terminé avec les révisions après avoir passé mon master. Comme quoi, il ne faut jamais dire « jamais »… Changer de job après une longue période n’est pas anodin. En fin d’année dernière, j’ai quitté l’emploi que j’occupais depuis 9 ans, tournant ainsi une page importante de ma vie. Aujourd’hui, alors que mes pensées sont tournées vers mon nouvel avenir professionnel, je veux prendre le temps de tirer les leçons de ma période de recherche d’emploi.

Apprendre à avoir confiance en soi

Apprendre à avoir confiance en soi

L’âge de 30 ans, hautement symbolique, cristallise autour de lui les espoirs et les fantasmes les plus fous. Si j’essaie ici, semaine après semaine, de démonter les clichés liés à cet âge, je pense que la plus grosse illusion que j’avais sur ce sujet était de croire qu’à 30 ans (ou presque), on est forcément bien dans sa peau. Quand j’étais adolescente, je regardais les trentenaires et j’y croyais dur comme fer. La confiance en soi qui émanait de ces jeunes adultes m’inspirait et me donnait espoir en l’avenir. Je me disais naïvement qu’il me suffisait de dépasser cette période de doute et de complexes qu’était l’adolescence pour un jour, au sortir de la vingtaine, devenir une femme confiante et bien dans sa peau. Dans mon esprit, cette transformation sera aussi soudaine qu’automatique, comme un papillon qui sortirait en quelques heures à peine de la chrysalide dans laquelle il était enfermé depuis 30 ans. En réalité, les choses ne se déroulent pas tout à fait comme ça. La confiance en soi n’arrive pas du jour …