Maternité
16 commentaires

Avoir un bébé oblige-t-il à changer ?

Avoir un bébé oblige à changer

Avoir un bébé, c’est bien connu, ça vous change. Cela fait de vous une meilleure personne. Ou presque. Ou pas.

Si le fait d’avoir 30 ans ne suffit pas pour devenir d’un coup un adulte responsable, avoir un enfant, ça, ça vous transforme. En théorie.

Moi, je dois avoir raté une étape. Même si beaucoup de choses ont changé autour de moi depuis que j’ai eu un bébé, j’ai gardé certaines (mauvaises ?) habitudes.

Florence Foresti avec un enfant n'a pas changé

Pourquoi je devrais changer, d’abord ?

Côté loisirs

Moi avant : mon loisir préféré, c’était de passer du canapé à l’ordinateur. Et vice-versa.
Exceptionnellement, quand je sortais, c’était pour aller au cinéma (voire au restau, sur un coup de folie). Bref, je menais une vie bien plan-plan tranquille.

Version mère parfaite : en bonne mère parfaite, vous savez qu’un bébé doit être stimulé pour bien se développer, blablabla. Vos loisirs seront donc ses loisirs. Votre temps libre sera entièrement dévolu à l’animation de ses journées. Et ne comptez pas sur la télé en renfort, elle est déconseillée avant 3 ans… D’ailleurs, vous l’avez revendue pour acheter un Télécran. Pour bien faire, il faut faire à l’ancienne : marionnettes, chansons, jouets en bois éco-bio-équitables-sans-phtalates… et on change d’activité toutes les 18 secondes environ. Le tout, avec le sourire.

La réalité : j’ai essayé. J’ai voulu être une mère parfaite. J’ai acheté des jeux en bois. Et aussi un peu en plastique. Non parce qu’en fait, j’ai acheté TOUS les jeux possibles et imaginables. Dans mon salon, c’est Toys are Chez Nous puissance 10.
Au final, mon fils se désintéresse totalement de ses jouets. Lui, ce qu’il préfère, c’est jouer avec les chaussures, les ceintures ou le maquillage de maman. Échec et (rouge à lèvres) mat.

Dans le dressing

Un bébé fashion victime

Faites des gosses.

La mère parfaite : la mère parfaite, qui est aussi une femme parfaite tout court, fait autant attention au look de son rejeton qu’au sien. Elle habille son enfant de manière différente chaque jour. Bien sûr, l’ensemble de la tenue est parfaitement coordonné, tous les vêtements sont propres* et repassés.
La mère parfaite achète à son enfant des vêtements de marque, mais surtout, de qualité. Ils sont bien conçus et bien cousus. Ils résisteraient à une attaque nucléaire. Tout ça pour n’être portés au final que 1,3 fois (en moyenne).

*si vous pensez que cela va sans dire, vous allez tomber de haut.

La réalité : Il est vrai que je fais autant attention au look de mon rejeton qu’au mien. C’est-à-dire très très peu. Mais je croyais m’en tirer pas si mal, jusqu’à l’autre jour, quand j’ai reçu un coffret cadeau Les petits mouflets. A l’intérieur, en plus du réglementaire jouet-éco-design-made-in-France, il y avait des vêtements jolis ET coordonnés. En coton bio, of course. Des vêtements de créateurs. La classe, quoi.
C’est là que j’ai pris conscience du laisser-aller vestimentaire dans lequel j’ai progressivement entraîné mon enfant. En effet, une fois épuisés les cadeaux de naissance, j’ai enchaîné avec des vêtements soldés et enfin, comble du mauvais goût, avec des fringues déjà portées par les cousins. C’est mal.
Pour expier mes péchés, je réciterai 3 Il était une bergère et 2 Ainsi font font font. Je vais aussi filer ma photo au physio de chez Kiabi pour qu’il m’en interdise l’accès. Il est urgent de réagir. En plus, mon fils se la pète tellement avec ses nouvelles fringues qu’il ne veut plus que je mette les pieds dans la crèche, préférant que je l’attende dans la voiture. Bah.

En voiture

Moi avant : j’avais tendance à m’énerver au volant. Surtout quand je rentrais le soir après une (longue) journée de travail et que sur le périphérique nantais l’ambiance évoquait une piste de karting (voire d’auto-tamponneuse).

Version mère parfaite : une fois son enfant arnaché solidement à l’arrière dans un siège suédois haut-de-gamme qui coûte plus cher que la voiture elle-même, la mère parfaite prend le volant en roulant au pas et toujours sur de courts trajets, pour ne pas trop bousculer bébé.

La réalité : la voiture, c’est un passage quotidien obligé pour bébé comme pour moi. Parfois, j’oublie qu’il est présent et je me mets à beugler sur les chauffards… Heureusement, je me rattrape toujours « P*tain de c*nnard de m*rde, qui vont sur l’eau, ont-il des jambes ?  Mais oui espère de c*nnard, s’ils n’en avaient pas, il ne bougeraient pas leur p*tain de caisse ! la la la la  » et hop, ni vue ni connue.
Maman chante souvent dans la voiture. Maman est super cool.

En cuisine

Moi avant : le soir, c’était dîner sur le pouce. Une soupe, voire une petite salade, un yaourt et au lit. Merci Picard, Liebig et compagnie… je vous dédie cet article.

Version mère parfaite : Évidement, la mère parfaite cuisine pour son enfant, pour lui donner ce qu’il y a de meilleur et lui faire découvrir le « vrai goût » des aliments. Elle se met aux fourneaux dès le matin, avant d’aller travailler et juste après avoir été cueillir les légumes dans son potager exposé plein Sud.

La réalité : J’ai essayé. J’ai investi dès le départ dans un Babycook. Et attention, pas le Babycook classique, le double, siouplé. Ce modèle de compétition permet de cuire en même temps le plat principal ET le dessert.
Sauf que comme je ne m’en sers jamais, il ne fait donc pas grand chose, si ce n’est prendre une place énorme dans ma cuisine. Du coup, comme j’ai la flemme je n’ai pas le temps de cuisiner, je file des petits pots à mon fils. Et le pire, c’est qu’il aime ça. Et le encore plus pire, c’est que moi aussi.
Pendant que soir après soir je mange mon énième salade-tomates-jambon-soupe-en-carton, môssieur lui se tape risottos aux champignons, crèmes de potiron aux 4 épices et autres gratins de lasagnes végétariennes.
Maintenant je redoute le jour où il sera renvoyé de la crèche car contrôlé positif au Blédina. Là, ce sera vraiment la honte.

Et vous, quelle (future ?) mère êtes-vous ?

16 Commentaires

  1. Je pense que je te ressemblerais beaucoup faute de temps. Je vais faire ce que je peux… Quand je pense qu’on était 4 enfants chez mes parents…

  2. Bonjour Claire ! Je me reconnais tellement dans ton post, génial. Je pense que pour se rassurer on peut se dire que les mères parfaites n’existent pas vraiment. Peut-être en apparence, mais je suis sûre qu’elles ont forcément un vice cachée pour compenser (crise nocturne de boulimie de chocolat, schizophrénie, mauvais coup, etc.). Merci pour tes superbes articles !

  3. La mère parfaite n’existe pas. Je refilerai des petits pots à mes enfants quand mon mari ne regardera pas 😉

    • Assumer, c’est mieux… D’autant qu’il y a de grandes chances que ton mari fasse la même chose dans ton dos… 😉

  4. Comme toujours tu me fais rire !

    Le mien n’aime pas les plats préparés, donc je prépare une grosse portion, congèle et paf, il a son repas pour toute la semaine. C’est un bon compromis ^^. En revanche les loisirs en ont vraiment pris un coup, le dernier film qu’on a vu au ciné c’était en 2014 ! 😉

    J’espère que tu ne m’en voudras pas, mais j’en profite pour remonter ce vieux billet qui traite du même sujet : http://belleetcultivee.com/mere-parfaite/

    • « Le mien n’aime pas les plats préparés » ça sonne comme une fausse excuse d’une mère parfaite qui ne s’assume pas :p

      • Lol nan te jure que c’est vrai. Les pots de fruits il aime, mais le salé non. En même temps suis comme lui, j’aime pas trop les plats préparés ^^

  5. Marie says

    Ahah! Je travaille chez Bledina et je te rassure la mère parfaite pourrait aussi en donner 😉 bébé ne craint rien!

    • Oui bien sûr, je suis convaincue que ce sont de très bons produits (sinon je n’en donnerais pas à mon petit bébé 😉 ) mais pour autant, tout est fait pour culpabiliser les mères qui ont recours aux petits pots (corps médical, bouquins, autres mères parfaites…)

    • Mais non, je ne gifle personne, je suis contre la violence 😉
      Mais c’est vrai qu’avant d’avoir un bébé, j’avais de beaux principes… mais ça, c’était avant.

      • Tout le monde dit ça.

        Je me demande si je ne devrais pas me faire des listes de choses que je ne veux absolument pas. Peut-être qu’en les regardant, je me dirai : ah oui, je pensais ça ! J’arrête ! 🙂

Laisser un commentaire