Marottes et lubies, Société
13 commentaires

Développer une éco-conscience : bilan 3 ans plus tard

A 30 ans, je passe au vert et adopte les bons gestes pour la planète

L’un des bénéfices inattendus d’avoir un Blog, c’est qu’il peut servir de « journal de bord » pour conserver une trace écrite de tout ce que l’on aurait pu oublier sans ça. Il y a quelques temps, je suis ainsi retombée sur l’article « A 30 ans, je passe au vert » que j’avais écrit il y a plusieurs années et dans lequel j’expliquais que pour moi la trentaine avait été un tournant en terme de prise de conscience écologique. En effet, je pense qu’avoir 30 ans et, plus généralement, devenir adulte, va souvent de pair avec le fait de commencer à se préoccuper de la planète et de son avenir.

Dans l’article que j’avais alors écrit, je parlais de mes petits gestes pour la planète et me fixais de nouveaux objectifs. Aujourd’hui, alors que 3 années se sont écoulées, j’ai envie de faire un bilan pour voir en quoi j’ai progressé (ou pas) dans mes actions en faveur de l’environnement.

Passer au vert et avoir une attitude éco-responsable

Mes petits gestes éco-responsables

Ma philosophie est que ce sont tous les petits gestes individuels des personnes comme vous et moi qui, une fois additionnés, permettront de faire avancer les choses. Après, chacun doit faire selon ses possibilités, ses envies, son mode de vie. Je crois beaucoup plus aux « petits efforts/changements », qui sont motivants et renforcent l’estime de soi quand on les accomplit, plutôt qu’aux grands bouleversements, impossibles à tenir sur la durée.

Ce que je continue à faire

– J’évite de gaspiller l’eau quand je me lave les mains ou les dents
Et je n’ouvre les robinets à fond que si nécessaire.

– Je trie mes déchets systématiquement
A tel point que quand je sors, je me prend à râler quand il n’y a pas de poubelles de tri à disposition.

– J’éteins la lumière quand je quitte une pièce

 

Mes nouvelles habitudes éco-responsables

Depuis le dernier article, j’ai adopté de nouvelles habitudes.

– Je me déplace (presque uniquement) en bus
C’était déjà le cas pour mes déplacements occasionnels le week-end, quand j’allais en ville seule. Mais aujourd’hui, ça va bien plus loin : depuis que j’ai changé de travail en février dernier, je n’utilise quasiment plus la voiture, à part pour les courses et les trajets en famille… et encore, quand le lieu est accessible en bus, il nous arrive de le prendre tous les 3.

– Je mange régulièrement Bio
Avant, je le faisais de manière occasionnelle, mais depuis ma grossesse et la naissance de mon fils, une part plus importante de mon alimentation est bio (je pense être passée de 5 à 35%, au moins). Je fais également plus attention à privilégier les produits locaux et de saison… et je continue à acheter des œufs de poules élevées en plein air !

– Je mange (parfois) végétarien
Loin de moi l’idée de céder à la tendance végane : je ne compte pas renoncer à la viande ou aux laitages de sitôt ! Cependant, je pense que le fait de m’en passer de temps en temps ne peut que faire du bien à la planète et à mon corps… alors pourquoi pas ? Je me suis rendue compte que le fait de mettre un morceau de viande dans mon assiette tenait avant tout du réflexe. Alors j’essaie juste de me poser la question suivante : « est-ce que la viande apportera vraiment quelque chose de plus au reste de mon repas en termes d’équilibre ou de saveur ? ». Et parfois, la réponse est simplement « non » et je m’en passe.

– Je choisis mieux les restaurants
Quand je mange au restaurant, je suis beaucoup plus attentive aux mentions « produits bio », « produits locaux » (mais également « cuisine végétarienne » et « cuisine maison ») quand je choisis un restaurant. Même si ce ne sont pas les seuls critères, ce sont des aspects qui entrent désormais en ligne de compte.

– Je ne prends plus de bains (ou presque)
C’était mon gros plaisir, celui auquel je ne voulais jamais renoncer… mais pourtant il a bien fallu. J’aimerais vous dire que c’est pour éviter de gaspiller l’eau, mais la vérité c’est que c’est pour économiser une ressource encore plus rare depuis que je suis maman… le temps !

– Je ralentis sur les bougies
Les bougies, cela a longtemps été mon petit péché mignon (qui en plus ne fait pas grossir) ! Pourtant, en brûlant, de nombreuses bougies polluent l’air de la maison en libérant au contact de la flamme des produits toxiques… Du coup maintenant j’essaie de les utiliser avec parcimonie et surtout, je fais attention à mieux les choisir. J’opte ainsi pour les bougies en cire végétale, avec mèche en coton…

– Je n’utilise (presque) plus de sacs en plastique
J’ai devancé l’arrêt réglementaire de la distribution de sacs plastiques en prenant l’habitude d’avoir toujours un tote-bag sur moi. Et en prime, c’est beaucoup plus stylé qu’un sac Carrefour…

– Je fais du ménage dans ma boîte mail
J’ai créé ma 1ère boîte mail chez Yahoo en 1999. Depuis, je m’en sers toujours. Elle me sert notamment de « boîte poubelle » pour tous les abonnements aux newsletters que je ne consulte que rarement. Résultat : j’avais des dizaines (centaines ?) de milliers de mails qui s’étaient entassés dedans au fil des années. Qui dit stockage de mails en ligne dit serveurs… et qui dit serveurs dit consommation d’énergie ! J’ai donc pris mon courage à 2 mains il y a quelques mois et j’ai fait du tri. J’ai supprimé plus de 95% du contenu de ma boîte mail. Et depuis, j’essaie de supprimer les mails inutiles au fur et à mesure.

Ma marge de progression (ce que je ne fais pas encore)

Faire ce petit bilan me permet de mettre le doigt sur les domaines où je n’ai pas amélioré mon comportement, voire ceux où j’ai cessé de faire des efforts ! Même si ce n’était pas toujours volontaire… Je vais essayer de m’améliorer sur ces différents points.

– Augmenter la part du bio dans mon alimentation
Ce serait bien d’atteindre au moins les 50%…

– Utiliser moins de papier
Depuis que j’ai changé de travail, j’imprime beaucoup, beaucoup plus souvent ! Et en même temps, ça s’explique : je suis passée d’un job tout numérique à un mix entre print et web. Mais je peux peut-être faire plus attention…

– Réitérer l’expérience du covoiturage
Je n’en ai fait qu’une fois et j’avais adoré ! Mais depuis j’ai rarement pris la voiture pour des trajets en étant seule dans la voiture… Il faut que je garde cette idée en tête pour la prochaine occasion !

– Eteindre mon PC entre 12h et 14h
Rhaa, c’est un vrai challenge car j’ai toujours eu l’impression que j’allais perdre du temps en faisant ça. Peut-être que je pourrais commencer par tenter l’expérience sur 1 semaine, pour voir ce que ça donne ?

– Boire l’eau du robinet
Mon homme ne veut pas le faire, du coup il achète des bouteilles d’eau et je me retrouve à les boire aussi… Il faudrait qu’on fasse eau à part.

– Faire du compost
Il y a 3 ans, j’avais prévu de me lancer… mais la flemme m’a rattrapée. Je crois que c’est pas encore pour tout de suite !

– Mieux choisir mes produits de beauté

je suis un pigeon

Moi, dans ma salle de bain

C’est en train de devenir ma nouvelle bataille. Sans aller jusqu’à la fabrication de mes propres produits de beauté ou jusqu’au passage aux produits exclusivement bios, j’aimerais au moins éliminer de ma salle de bain les produits contenant les composants les plus néfastes. J’essaie de faire attention au minimum à la présence de parabens et de phénoxyéthanol. Pourtant, je me fais avoir régulièrement en accordant une confiance aveugle à certaines marques dont l’image marketing les vend comme green-friendly… Et quand j’achète des produits chez Nuxe, Kiehl’s ou encore Le Petit marseillais et que je trouve ces composants dedans… ça me met en colère !

 

Et vous, quels sont vos gestes pour la planète ?

13 Commentaires

  1. Article très intéressant ! Je suis moi-même en phase de changement pour aller vers un mode de vie plus responsable. Mes premiers gestes écolo sont assez similaires aux tiens et je commence également à m’intéresser aux cosmétiques plus friendly.

    PS: merci, grâce à toi je viens de découvrir le concept de Ma Jolie Candle !

    • Ravie de t’avoir fait découvrir My Jolie Candle : c’est un chouette concept et ça fait vraiment un beau cadeau à (se) faire !!!

  2. C’est difficile de passer en 100% bio surtout en alimentaire mais il faut essayer de faire toujours mieux. Pour les produits de beauté je suis 100% bio / Naturels pour ma fille et moi, et je ne changerai pas. Clairement les marques nous prennent pour des pigeons avec leur greenwashing à deux balles. Et pour le boulot je sais ce que c’est, trop de papier imprimé, ça commence à me rendre folle.

    • Moi je ne suis pas encore prête à passer au tout Bio pour les cosmétiques car cela reviendrait à n’avoir qu’un choix réduit… Mais j’aimerais sélectionner des marques avec un minimum d’éthique !

  3. J’essaie aussi d’avoir un maximum de petits gestes comme cela aussi, mais certains me sont tout simplement impossibles, notamment réduire l’utilisation de la voiture… J’habite en pleine campagne, prendre le train pour les trajets quotidiens est inenvisageable. Donc c’est 1h de voiture tous les jours!
    Sinon, même si on mange bio de temps en temps, le progrès a surtout été de manger plus équilibré, même si ce n’est pas bio. Peut-être que je serai plus sensible à cela quand j’aurai des enfants. Par contre, dans la salle de bains, c’est 90% bio. Apparemment ça me dérange peu de m’intoxiquer aux pesticides… mais je ne supporte pas l’idée de polluler les eaux tout ça pour avoir les cheveux brillants! Ma prise de conscience a été la visite d’une centrale d’épuration des eaux usées (les profs aussi apprennent des trucs en sortie scolaire! :D).
    une autre prise de conscience de ce type me fera peut-être encore évoluer?

    • J’ai aussi cette impression de progresser « par palliers », une prise de conscience après une autre… En même temps c’est pas plus mal : comme je m’explique en début d’article, en matière d’écologie, je ne crois pas au fait de bouleverser toute sa vie du jour au lendemain…

  4. Ahlahla mais moi aussi depuis quelques années je développe une éco-conscience. La trentaine approchant…
    Cette éco-conscience comme tu dis commence se manifester au quotidien par plein de petits geste qui sont devenus naturels et ça ça fait plaisir. Je comptais d’ailleurs faire un article dessus prochainement. Ton article tombe à pic il me relance et me pousse à établir une première liste alors je me lance :
    – Tout ce qui concerne le tri, la gestion de l’eau, la lumière est ancré en moi depuis longtemps. Le côté auvergnat, les économies toussa ^^
    – Je n’utilise plus que des cosmétiques bio ou naturels depuis 7 ans (bon ok j’était plus près de 20 que de 30 ans à l’époque). Je fais même mes shampoings maison (article sur le blog) depuis 4/5 ans.
    – Je limite ma consommation de produits transformés au maximum pour éviter de donner de l’argent aux méchants industriels et donc je cuisine beaucoup, j’utilise au maximum des produits simples. Par exemple je fais ma lessive avec du savon de Marseille liquéfié, et je me démaquille simplement avec de l’huile de noisette. Economies garanties !
    – J’essaye dans la mesure du possible de consommer locale ET avec le moins d’interlocuteurs possible. J’achète donc ma nourriture à la ferme à côté de chez moi et je mange de saison.

    Pour les objectifs récemment je m’en suis rajoutée deux :
    – Augmenter le ratio de bio dans mon alimentation. C’est à dire l’étendre aux produits autres que fruits & légumes. Et du bon bio, pas du bio de supermarché.
    – Diminuer ma consommation de viande plus drastiquement. Je me fixe comme objectif une fois par jour. C’est dur pour moi qui mangeait de la viande à quasi tous les repas. Mais ça vient et je fais de belles découvertes culinaires en me forçant à cuisiner végé ^^

    Je vais arrêter mon pavé là. Juste un petit message pour dire qu’effectivement ce sont nos petits gestes du quotidien qui permettent de changer les choses et que je suis si fière que notre génération s’éveille à cette consommation plus étique et respectueuse.

    • Le fait de manger de la viande à tous les repas : je crois que c’est notre côté auvergnat qui ressort là aussi ! On a été élevées comme ça… Sinon je pense que tu es plus avancée que moi niveau écogestes. Moi je ne suis pas prête à fabriquer mon propre shampoing par exemple…

  5. Pour le compost la ville de Nantes (ou bien c’est Nantes Métropole?), te rembourse une partie de l’achat du composteur (penser à demander une facture), ça peut aider 🙂 Après nous on a une boîte en plastique à couvercle que l’on rempli et vide tous les 2 jours dehors, ce n’est pas contraignant !

    • Je sais bien, je m’étais même procurée le formulaire… Mais ce n’est pas qu’une question de coût, c’est plus un problème de motivation ! Mais je ne dis pas que je ne franchirai jamais le pas…

Laisser un commentaire